#2a##5j##3# #5# Vague d'arrestations de l'UPAC : la journée en 10 citations | Le 15-18 | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18
Logo Radio-Canada

Politique

Vague d'arrestations de l'UPAC : la journée en 10 citations

Le jeudi 17 mars 2016

L'ex-ministre Nathalie Normandeau
L'ex-ministre Nathalie Normandeau     Photo : Jacques Boissinot/Canadian Press

Coup de tonnerre dans les milieux politiques ce matin : l'ex-ministre Nathalie Normandeau, son ex-chef de cabinet Bruno Lortie et l'ex-vice-président de la firme de génie-conseil Roche, Marc-Yvan Côté, devront répondre à des accusations de complot, de corruption, de fraude et d'abus de confiance. Explications, réactions et analyse en 10 citations avec Annie Desrochers et ses invités. 
 
1. « Aujourd'hui, la population vient de retrouver espoir » Françoise David, co-porte-parole de Québec solidaire, est satisfaite de voir que des gestes concrets sont enfin posés après la dissidence du commissaire Renaud Lachance.  
 
2. « On est en plein déni. » Françoise David voudrait entendre le premier ministre Couillard admettre que le Parti libéral a été impliqué, à une époque où il était ministre sous Jean Charest, dans un système de corruption et de collusion. « Il faut appeler un chat un chat. » Elle attend des gestes concrets pour démontrer que cette culture a définitivement changé au Parti libéral, incluant un engagement à rembourser les sommes perçues illégalement.  
 
3. « Ce sont des accusations graves, surtout en raison des fonctions occupées par les personnes ciblées, des fonctions liées à nos institutions démocratiques. » La juge à la retraite Suzanne Coupal explique que le fait que les personnes accusées aient perdu la confiance qui leur avait été accordée par la population aggrave la nature des gestes posés.  
 
4. « On est à peu près certains que ça concerne les dossiers de l'usine d'épuration des eaux [à Boisbriand], car on sait que la police a documenté le cas » Marie-Maude Denis, animatrice de l'émission Enquête, a joué un rôle de premier plan dans la révélation du système de prête-noms servant au financement illégal des partis politiques.  
 
5. « Il y a certainement des questions à se poser sur le commissaire de la commission Charbonneau, Renaud Lachance, qui refusait de voir ne serait-ce qu'un lien indirect entre l'attribution de contrats et la caisse du Parti libéral. », dit Michel David, analyste politique et chroniqueur au Devoir.  
 
6. « J'étais content quand j'ai appris la nouvelle ». Jean-Pierre Charbonneau, ex-ministre péquiste, était resté avec un arrière-goût amer après la commission Charbonneau. « Les recommandations restent pertinentes, mais on a eu l'impression que les gens s'en tiraient à bon compte » rappelle-t-il. « Quand des gens ont occupé des fonctions importantes, on a toujours l'impression qu'ils vont bénéficier d'un passe-droit. Aujourd'hui, on constate que ça finit par aboutir. » 
 
7. « Ronald Poupart, l'ancien chef de cabinet de M. Charest, m'avait affirmé au téléphone qu'en 2003, il avait croisé Jean Charest et Marc Bibeau dans les couloirs de la place Ville-Marie. "Où allez-vous?" "On va chercher 50 000 $" » se souvient Alain Gravel, qui animait à l'époque l'émission Enquête. Les deux hommes allaient rencontrer Guy Saint-Pierre, l'ancien président du conseil d'administration de SNC-Lavallin. Jean Charest et SNC-Lavallin ont toujours nié ces allégations. L'UPAC avait entamé une enquête sur cette affaire.  
 
8. « Je pense qu'on revient aux bonnes années de M. Ryan, où les finances du parti sont vraiment sous contrôle », croit l'ancien président du Parti libéral du Québec, Robert Benoît, faisant écho aux déclarations de Philippe Couillard disant que le parti qu'il dirige n'a rien à voir avec les accusations déposées ce matin.  
 
9. « Je pense qu'UPAC a choisi de procéder aux arrestations le jour du dépôt du budget pour marquer son indépendance totale vis-à-vis du pouvoir politique », croit François Doré, ex-policier de la Sûreté du Québec. Ce à quoi la juge à la retraite Suzanne Coupal rétorque qu'il serait déplorable que l'attention soit détournée des accusations qui ont été déposées.  
 
10. « Il y a de l'eau qui va couler sous les ponts, peut-être même sous le nouveau pont Champlain, avant qu'on voie la conclusion de cette affaire. » conclut Annie Desrochers, rappelant la complexité de l'affaire et les longueurs de tels processus judiciaires.  
 
L'ex-ministre Normandeau sera accusée de corruption, de fraude et d'abus de confiance 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

7 février 2017

Affaire Sklavounos : la morale plus complexe que les questions légales

17 janvier 2017

De grandes ambitions pour le centre-ville de Montréal

22 décembre 2016

Les bons et les mauvais coups de l'administration Coderre

13 décembre 2016

Les cocktails de financement de Justin Trudeau, un jeu dangereux?

29 novembre 2016

Projet Montréal : débat des chefs

15 novembre 2016

Où sont passés les grands discours politiques?