#2a##5j##3# #5# Archives | L'actuel | ICI Radio-Canada Premi�re
Radio-Canada - zone Radio

L'actuel

L'actuel rss

En semaine de 16 h à 18 h

Geneviève Murchison

L

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
567
8
9
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
26
27
282930
31

Les meilleurs moments : �mission du jeudi 8 décembre 2016


Santé

Alain Cuerrier: un botaniste chercheur à la défense des plantes médicinales

Alain Cuerrier, professeur à l'Université de Montréal, nous parle des changements climatiques et plantes médicinales avec l'animatrice Geneviève Murchison
Alain Cuerrier, professeur à l'Université de Montréal, nous parle des changements climatiques et plantes médicinales avec l'animatrice Geneviève Murchison     Photo : Geneviève Murchison, Radio-Canada

Les plantes médicinales sont utilisées depuis très longtemps par plusieurs peuples. En fait, le trois quarts de la population s'en servent pour se soigner. Si le thé de Labrador est davantage connu pour son utilisation dans produit esthétique, le pouvoir des plantes est encore sous-estimé.  
 
L'ethnobiologiste Alain Cuerrier les étudie depuis longtemps. C'est une passion qui a commencé à un jeune âge alors qu'il voyait des herbes sécher chez une tante herboriste. Auteur de 9 livres sur les plantes médicinales, il se concentre aujourd'hui sur l'utilisation qu'en font les communautés  
Cries du nord du Canada.  
 
« La médecine traditionnelle est encore très vivante, mais c'est un savoir qui se perd. C'est maintenant qu'il faut agir pour préserver ce savoir. Avec le changement climatique, les communautés cries et les Inuits s'inquiètent que les plantes soient moins bonnes. On voit beaucoup un changement au niveau de la végétation, des arbustes qui montent les inclinaisons où il n'y en avait pas avant''confie-t-il. 
 
Le sapin et les autres conifères figurent parmi les plantes médicinales de première importance. Il existe plus de 400 plantes médicinales dans la pharmacopée des Premières Nations du Québec. Même si sur le plan des composés actifs et de leurs activités pharmacologiques, ils gagnent de plus en plus en importance, certains contestent leur utilité et leur efficacité comme traitement.  
 
« Il y a beaucoup de scepticisme de la part des gens, des médecins. Ces gens là se retrouvent dans les communautés autochtones et ils croient que ça ne sert à rien. Et il y a des interactions avec les médicaments. Nous on a essayé de traduire ces plantes pour voir comment ces plantes agissent. On a publié pas mal de travaux en sciences », explique celui qui est financé par le réseau Artic-Net et travail pour l'Institut de recherche en biologie végétale.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
567
8
9
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
26
27
282930
31