ICI Radio-Canada Première
Jeudi à 21 h
Logo Radio-Canada
Commanditaire

Mary Ann Shadd Cary (1823-1893)

Héroïne du mardi 3 mars 2009


Mary Ann Shadd Cary (1823-1893)


Femme impliquée à plusieurs titres, Mary Ann Shadd Cary fut tour à tour enseignante, activiste rebelle, pionnière du journalisme, militante abolitionniste et féministe. Née dans une famille mulâtre, impliquée et nombreuse, elle lutta toute sa vie pour l'abolition de l'esclavage.

Un destin lié à l'esclavage
En 1833, alors que Mary Ann n'a que 10 ans, le British Imperial Act abolit l'esclavage dans l'Empire britannique, dont le Canada. Malgré tout, l'esclavage continue d'être pratiqué aux États-Unis. D'ailleurs, en 1850, le Fugitive Slave Act rend la terre américaine encore plus dangereuse pour les noirs, des milliers s'enfuient. C'est alors qu'intervient Mary Anne Shadd Cary qui se met au service de ces fugitifs du chemin de fer clandestin qui migraient au Canada, terre de liberté pour ces esclaves. Entre 1850 et 1852, 5000 à 6000 entrèrent au Canada.

L'immigration vers le Canada
Mary Ann Shadd Cary était l'aînée d'une famille de 13 enfants, noirs et affranchis. En 1840, elle ouvrit une école pour les enfants noirs et leur enseigna durant 11 ans avant de traverser la frontière canadienne. C'est alors qu'elle joua un rôle important au sein de la communauté d'expatriés afro-américains. Sa famille la rejoignit au Canada et son père devint, en 1858, le premier noir élu au Canada au poste de conseiller municipal à Raleigh en Ontario.

Une vie professionnelle riche
En 1852, Mary Ann commença à écrire et l'année suivante fonda le journal « Provincial Freeman » tout en donnant des conférences à travers le pays. Après la fermeture de son journal et la mort de son mari, elle retourna vivre dans son pays d'origine et devint la seule femme officier recruteur de soldats noirs pour l'Armée de l'Union.

À l'âge de 46 ans, elle fut la première femme noire à s'inscrire à la faculté de droit de l'Université Howard surnommée Black University. Ce n'est qu'après maintes batailles qu'elle pu enfin obtenir son diplôme et être reconnue comme la première femme diplômée en droit de l'Université Howard et la deuxième femme noire avocate d'un état du nord.

Durant les dernières vingt années de sa vie, Mary Ann Shaddd Cary consacra temps et énergie au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle continua d'écrire des articles, de prononcer des conférences à travers l'Amérique.

Elle mourut à Washington D.C. le 5 juin 1893 à l'âge de 70 ans. Véritable pionnière de la défense des droits des noirs et des femmes, elle fut honorée et reconnue pour la bataille d'une vie qu'elle mena avec intelligence, force, courage et dignité.

Elle fut intronisée au Women's Hall of Fame des États-Unis en 1998.

Invité en deuxième heure :

Vivian Barbot, ex-présidente de la Fédération des Femmes du Québec, ex-enseignante et spécialiste de la question de l'immigration des noirs au Canada.

Références : bibliographie et hyperliens

Jim Bearden et Linda Butler, Shadd, The Life and Times of Mary Shadd Cary, NC Press Ltd, Toronto, 1977, 233 pp.

Shamina Sneed, Mary Ann Shadd Cary: A biographical Sketch of the rebel, Stanford Law School, Women's Legal history, April 5, 2002, 34 pp.

Jeri Chase Ferris, Demanding Justice, a story about Mary Ann Shadd Cary, Carolrhoda Books, Inc./Minneapolis, 2003, 64 pp.

Jane Rhodes, Mary Ann Shadd Cary, The black press and protest in the nineteenth century , Indiana Press University, Bloomington / Indianapolis, 1998, 279 pp.

Présentement à l'antenne de la télé

23 h 05

ON VA SE LE DIRE

Ailleurs sur Radio-canada.ca