#2a##5j##3# #5# Archives | C'est pas trop tôt! | ICI Radio-Canada Premi�re
Radio-Canada - zone Radio

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
293031
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du mercredi 3 décembre 2014


Sports

Jean Béliveau dans l'oeil de ses collègues

Le capitaine du Canadien, Jean Béliveau, tient la coupe Stanley après avoir battu les Blackhawks de Chicago, le 19 mai 1971.
Le capitaine du Canadien, Jean Béliveau, tient la coupe Stanley après avoir battu les Blackhawks de Chicago, le 19 mai 1971.     Photo : PC/CP PHOTO/Files-AP

« C'était la simplicité, un grand modèle pour nous tous, autant au hockey que dans le monde en général. » Depuis l'annonce du décès de Jean Béliveau, les réactions et les adjectifs abondent à son égard. Marie-France Bazzo a réalisé une série d'entrevues avec ceux qui l'ont côtoyé, dans toutes sortes de contextes. Grâce à ces témoignages, nous apprenons d'ailleurs que Jean « Gros Bill » Béliveau était très attentionné envers ses admirateurs. Il recevait plus de 100 lettres par semaine, et il répondait à chacune d'entre elles. 
 
Tous s'entendent aussi pour dire qu'il était un ambassadeur de la francophonie. « C'est le capitaine des francophones québécois. Rien à lui reprocher. C'est un homme parfait. Les gens le perçoivent comme ça », souligne Jacques Demers, analyste et ancien entraîneur du Canadien de Montréal.

Sports

Les différences entre Jean Béliveau et Maurice Richard

Maurice Rocket Richard (à gauche) et Jean Béliveau (à droite) posent avec la Coupe Stanley, après avoir battu les Bruins de Boston, le 20 avril 1958.
Maurice Rocket Richard (à gauche) et Jean Béliveau (à droite) posent avec la Coupe Stanley, après avoir battu les Bruins de Boston, le 20 avril 1958.     Photo : CP PHOTO/Files-AP

« Jean Béliveau parlait. Il prenait position. Maurice Richard, lui, ne parlait pas. C'était comme une coquille vide. » Benoît Melançon a écrit Les yeux de Maurice Richard : une histoire culturelle » et Langue de puck. En entrevue avec Marie-France Bazzo, il a différencié ces deux légendes du hockey. Il souligne que Jean Béliveau s'exprimait sur plusieurs sujets. Il rappelle d'ailleurs qu'il avait été approché pour être sénateur et même gouverneur général. De son côté, Maurice Richard était plus discret et « on lui faisait dire ce qu'on voulait ».

Société

Revue des médias avec Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
293031
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau