ICI Radio-Canada Première

C'est fou...

C'est fou...

Le dimanche de 19 h à 20 h

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 

Les meilleurs moments : �mission du dimanche 11 septembre 2016


Arts et culture

Le mépris à toutes les sauces

Le philosophe Alain Deneault
Le philosophe Alain Deneault     Photo : Radio-Canada/Mathieu Arsenault

« L'étymologie rappelle que par mépris, on peut entendre le fait de ne pas donner un bon prix à quelque chose. » Le philosophe Alain Deneault discute avec Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard de ce manque d'attention à l'autre. Il explique aussi la façon dont le mépris des idées et des intellectuels est érigé en système dans la médiocratie. 
 
Alain Deneault dénonce la perversion des établissements, notamment des universités, des ministères et des hôpitaux, qui suivent à la lettre des théories de gestion menant au mépris de leurs employés. Il constate la caution de modèles productivistes stériles, qui amènent des subalternes ou des professeurs à plafonner dans leur cheminement. 
 
Références : 
 
La médiocratie, d'Alain Deneault, Lux Éditeur, 2015 
 
« La nomenclature du mépris », de Serge Bouchard, Recherches amérindiennes, volume 16, no 4, 1986

Arts et culture

Une critique du mépris chez les critiques

Représentation du bouton « Je n’aime pas » que plusieurs utilisateurs aimeraient voir apparaître sur Facebook
Représentation du bouton « Je n’aime pas » que plusieurs utilisateurs aimeraient voir apparaître sur Facebook     Photo : iStock

Jusqu'où les critiques culturels peuvent-ils mépriser un artiste ou ses créations? L'essayiste et blogueuse Catherine Boyer-Léger propose une réflexion sur la place prise par le mépris quand vient le temps pour un critique de juger une oeuvre. 
 
Une critique ou une attaque méprisante? 
Pour mener à terme son analyse, Catherine Boyer-Léger a parcouru l'ouvrage du critique Carl Wilson, qui s'interroge sur son droit à qualifier Céline Dion de « glotte ululante ». Celui-ci s'oppose à ce qu'un critique dénigre les admirateurs d'un artiste. 
 
La légitimité de la critique 
« Tout mépris n'est peut-être pas négatif. » Catherine Boyer-Léger affirme que les critiques les plus virulentes concernent des oeuvres accompagnées d'un grand battage publicitaire. Ainsi, un critique ne commentera pas aussi négativement un spectacle ennuyant de finissants universitaires qu'une prestation ratée d'une vedette internationale. 
 
Références : 
Métier critique, de Catherine Voyer-Léger, Les éditions du Septentrion, 2014 
Let's Talk About Love : pourquoi les autres ont-ils si mauvais goût, de Carl Wilson, Éditions Le mot et le reste, 2016

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

C'est fou...

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook
En circuit ferméEn circuit fermé avec Serge Bouchard