#2a##5j##3# #5# Une solution au changement climatique : l'agriculture à base de carbone | Bien dans son assiette | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Une solution au changement climatique : l'agriculture à base de carbone

Le lundi 7 décembre 2015

Benoît Lambert, consultant en environnement et en agriculture à base de carbone
Benoît Lambert, consultant en environnement et en agriculture à base de carbone     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Mettre fin au labour et utiliser les plantes de couverture, comme le trèfle, permettraient de réinjecter des quantités importantes de carbone dans les sols et d'en augmenter la teneur en matières organiques. Il serait ainsi possible de stabiliser le climat d'ici les 20 prochaines années. Pour expliquer cette nécessaire révolution agricole, Francis Reddy reçoit Benoît Lambert, consultant en environnement et en agriculture à base de carbone. 
 
Grand promoteur de l'agroécologie, le ministre de l'Agriculture de la France, Stéphane Le Foll, a annoncé la mise en place d'un programme de recherche scientifique, le 4 pour 1000, afin d'améliorer les stocks de matières organiques des sols. Il propose d'augmenter de 0,4 % par an le carbone dans les sols en mettant à contribution les agriculteurs de toute la planète. Une telle augmentation permettrait de compenser l'ensemble des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Les méthodes agricoles actuelles, qui existent depuis des millénaires, sont néfastes pour les sols. Selon Benoît Lambert, cette observation démontrée scientifiquement est cependant ignorée, particulièrement depuis la deuxième moitié du 20e siècle.  
 
Appliquée à grande échelle, l'agriculture à base de carbone permettrait de lutter contre le réchauffement et les dérèglements climatiques, de nourrir l'humanité, de progressivement éliminer les engrais chimiques polluants, d'éviter la déminéralisation des sols menant à leur érosion, ainsi que de réduire les inondations et la vulnérabilité aux sécheresses. Elle permettrait aussi un meilleur usage de l'eau, et elle renforcerait la sécurité alimentaire. 
 
L'élevage du bétail, l'utilisation d'engrais chimiques et de pesticides qui nécessitent une grande quantité d'énergie, et le transport des aliments créent une empreinte importante sur l'environnement. De plus, le labourage des sols libère une grande quantité de CO2 emprisonné dans le sol. Il faut donc trouver des solutions pour réduire les émissions de gaz, et surtout éviter qu'il se propage dans l'atmosphère et dans l'eau. 
 
Le site 4 pour 1000, Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat >> 
 

"4 pour 1000": la France veut concilier climat et sécurité alimentaire - RFI

Comment intégrer l'agriculture dans les solutions pour sauver le climat ? A la COP21, la France lance aujourd'hui sa proposition " 4 pour 1 000 ", pour concilier climat et sécurité alimentaire. Avec " 4 pour 1 000 ", le gouvernement français veut prouver que l'agriculture, secteur économique de poids, est une partie de la solution et pas seulement un problème pour le climat.

 
 

COP21 : " 4 pour 1000 " - un programme de recherche international sur la séquestration du carbone dans les sols

A l'occasion d'une réunion de travail avec Mme Laurence TUBIANA, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique et les présidents de l'INRA et du CIRAD, le ministre de l'agriculture a précisé les enjeux du programme " 4 pour 1000 "sur la séquestration du carbone dans les sols.

 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

19 août 2016

Le secret d'un punch bien réussi pour l'heure de l'apéro

18 août 2016

La tomate, reine de la cuisine

18 août 2016

Réfugiées syriennes : la cuisine comme outil d'intégration

17 août 2016

Des brasseurs qui sortent des sentiers battus

16 août 2016

Négliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

16 août 2016

Des richesses culinaires insoupçonnées dans nos champs et forêts