#2a##5j##3# #5# Hitchcock, le maître cinéaste qui fut parfois sous-estimé | Aujourd'hui l'histoire | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Cinéma

Hitchcock, le maître cinéaste qui fut parfois sous-estimé

Le vendredi 2 décembre 2016

Le cinéaste Alfred Hitchcock sur le plateau du film <i>The birds</i> en 1963.
Le cinéaste Alfred Hitchcock sur le plateau du film The birds en 1963.     Photo : AFP/STF

Parfois méprisé par les critiques et les acteurs de son temps parce qu'il créait un cinéma profondément populaire, Alfred Hitchcock est aujourd'hui vu comme l'un des plus grands cinéastes du 20e siècle. « Il a été obsédé toute sa vie par une seule quête, dit le critique André Lavoie, celle de raconter des histoires de manière purement cinématographique. » 
 
Vertigo, paru en 1958, est très souvent deuxième sur les listes des meilleurs films de l'histoire, tout juste après Citizen Kane, d'Orson Welles. Mais le succès d'estime aujourd'hui généralisé au sujet de l'oeuvre d'Hitchcock n'a pas été instantané. Créateur d'un cinéma populaire aux intrigues parfois futiles, le cinéaste américain d'origine britannique ne plaisait pas à la critique de son temps. Ses techniques soignées et sa manière d'insister davantage sur les détails psychologiques que sur la force du récit sont désormais mieux comprises. 
 
Ses débuts en Grande-Bretagne 
On oublie souvent qu'Hitchcock était Britannique. « Or, rappelle André Lavoie, ses débuts au cinéma en Angleterre sont importants et ont influencé tout le reste de sa carrière. Se faisant la main pendant quelques années en exerçant tous les métiers du cinéma, Hitchcock a rapidement compris que le 7e art peut et doit se distinguer du théâtre filmé. Déjà, il s'intéressait au thriller psychologique. Et déjà, il s'intéressait au suspense. Non pas pour ses intrigues mystérieuses, mais à cause du potentiel que ce genre suppose en matière de développement de la psychologie des personnages. » 
 
Chez Hitchcock, en effet, la quête des personnages est souvent futile; les histoires d'espionnage rocambolesque ne reposent pas sur des ressorts dramatiques très élaborés. S'agitent pourtant des sentiments et des dilemmes passionnants chez les personnages. Hitchcock était aussi un fin technicien dont les cadrages étaient méticuleux et inventifs. La célèbre scène de la douche dans Psycho, par exemple, est le résultat d'une grande recherche formelle. Son tournage, précis et obstiné, s'est étalé sur 8 jours.  
 
Hitchcock et l'élégance féminine 
Les personnages féminins tiennent le haut du pavé dans la filmographie d'Hitchcock. Il aimait les femmes élégantes et distinguées, cachant une sexualité assumée qu'elles savent dévoiler progressivement. Il aimait celles, disait-il, « qui ressemblent à des institutrices, mais qui, une fois assises avec vous dans un taxi, vous mettent la main à la braguette ». Ses relations avec les actrices étaient complexes. « Il vivait probablement de grandes frustrations sexuelles », suppose André Lavoie. 
 
Importantes dans ses films, les actrices devaient néanmoins laisser leur ego de côté sur les plateaux d'Hitchcock. Il s'intéressait à la psychologie, mais croyait qu'elle se déployait surtout dans l'oeil du spectateur, pas dans un jeu d'acteur émotif ou affecté. Les acteurs, pour lui, étaient des marionnettes, des effigies qui font partie du cadre, des corps servant d'éléments dans la composition de l‘image. 
 
Des décennies après ses premiers films, l'influence d'Hitchcock est plus forte que jamais. Steven Spielberg, Roman Polanski, Brian de Palma, John Carpenter, David Fincher et Wes Craven, notamment, ont été influencés par le maître, indéniablement stimulés par sa manière de raconter des histoires de façon purement cinématographique.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

14 février 2017

Films de fesses : le cinéma érotique du Québec des années 1970

13 janvier 2017

Le film Les enfants du paradis, un chef-d'oeuvre censuré au Québec

7 décembre 2016

En 1960, Godard ébranle le cinéma français avec À bout de souffle

7 octobre 2016

La guerre de Sécession en huit films américains

30 août 2016

Pulp Fiction, le film culte de Quentin Tarantino