Passer au contenu

Propulser l’éducation au 21e siècle

Propulser l’éducation au 21e siècle

Si on vous demandait de fermer les yeux et de vous remémorer vos années d’études, vous vous visualiseriez fort probablement dans une classe où les pupitres sont placés en rang d’oignons et où l’enseignant se tient à l’avant de la classe et est le seul à détenir le savoir. Et bien, vous seriez très étonné de constater que cette vision est désormais archaïque dans les écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), qui ne cessent d’innover pour mieux capter l’intérêt des élèves et ainsi rehausser leur expérience de même que la qualité de l’enseignement.

Depuis quelques années déjà, le CECCE a entrepris un virage pour transformer l’expérience d’apprentissage des élèves afin de leur offrir des occasions engageantes de développer non seulement leur savoir, mais également leur savoir-être et leurs compétences du 21e siècle..

Passer du mode passif au mode actif

Terminé le temps où le personnel enseignant détenait le savoir absolu. Dans les écoles catholiques du Centre-Est, les élèves sont mis à contribution et ont un rôle à jouer dans leur apprentissage. Les enseignants ont changé la façon dont ils enseignent afin de rendre l’apprentissage plus stimulant tout en permettant aux élèves d’avancer à leur propre rythme. 

Les élèves se voient proposer des défis et problèmes complexes à résoudre en lien avec l’actualité et la communauté pour ainsi pousser leur réflexion et développer leur pensée critique et leur créativité. Au CECCE, les élèves sont encouragés à passer du mode passif au mode actif en s’impliquant dans des projets concrets qui consolideront leurs apprentissages. 

Transformer les pratiques pédagogiques pour engager les élèves

En actualisant son approche, le CECCE cherche à maintenir un haut niveau d’intérêt de l’élève pour l’école et l’apprentissage, tout en favorisant l’interaction avec le personnel enseignant. Ainsi, une fois les études complétées, l’élève constate que son cheminement scolaire en a fait un penseur critique et créatif, un jeune adulte affirmé et épanoui et un citoyen engagé et éthique, déterminé à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur. 

Pour y arriver, le CECCE mise sur cinq champs d’action visant à transformer en profondeur l’expérience d’apprentissage de l’élève. Le Conseil s’appuie sur les plus récentes méthodes d’enseignement: l’intégration des technologies au service de l’apprentissage; l’aménagement des environnements et des espaces d’apprentissage; le bien-être de l’élève; le leadership ainsi que les nouvelles pédagogies émergentes.

Depuis le virage entrepris pour transformer l’expérience d’apprentissage, le CECCE a remarqué une grande différence dans l’engagement des élèves. Ceux-ci sont beaucoup plus motivés lorsqu’ils ont l’occasion de concrétiser leurs apprentissages et d’obtenir un résultat final concret.

Par ailleurs, le Conseil a constaté que les évaluations de performance ne suffisent plus. Il faut aller plus loin et aspirer à mieux pour les élèves. Ceux-ci doivent pouvoir se comparer à eux-mêmes lors de leur processus d’apprentissage et reconnaître que les échecs en cours de route sont des occasions pour apprendre, et ce, de façon durable.

Repenser l’espace

De nos jours, on comprend beaucoup mieux le besoin qu’a l’enfant de bouger, une réalité qui s’avère encore plus apparente chez la nouvelle génération d'apprenants. L’aménagement de la salle de classe traditionnelle a donc laissé place à des approches innovatrices et porteuses de succès.

Que ce soit des sacs de fèves, des vélos stationnaires, des ballons de yoga, des tables hautes ou basses, etc., le mobilier traditionnel a été remplacé laissant ainsi plus de latitude aux élèves. Ceux-ci apprécient d’ailleurs davantage le temps passé en classe et sont plus engagés dans l’apprentissage. Ces aménagements non-traditionnels permettent également de déplacer le mobilier pour adapter la classe aux différentes activités d’apprentissage, en plus de favoriser une interactivité entre les élèves et les enseignants et ainsi créer un climat collaboratif. 

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est ne se limite pas à la salle de classe pour repenser les aménagements. La mise en place de classes vertes pour enseigner aux élèves en plein-air et de carrefours de créativité pour laisser place à l’inventivité des élèves sont également pratiques courantes. Le Conseil a d’ailleurs récemment inauguré le Centre de prototypage UniverSTEM au Collège La Cité où les élèves peuvent conceptualiser des prototypes de nouveaux produits grâce à des équipements à la fine pointe de la technologie.

Certaines écoles ont également aménagé des salles sensorielles qui peuvent être utilisées par les élèves atteints du trouble du spectre de l’autisme ou ceux qui sentent le besoin de se détendre. Tout a été mis en place pour stimuler leur éveil, pour calmer leur anxiété ou tout simplement pour leur offrir un petit moment de réflexion paisible.

Technologies au service de l’apprentissage

Les dernières générations d’apprenants sont nées à l’ère de l’effervescence des technologies et les emplois auxquels ils aspireront auront évolués en conséquence. Le CECCE se fait donc un devoir d’innover et d’intégrer la technologie afin d'offrir aux élèves des occasions d'apprentissage cohérentes et adaptées au marché du travail. Les nouvelles technologies viennent d’ailleurs amplifier, approfondir, accélérer et faciliter les apprentissages des élèves dans un contexte de mondialisation. 

Que ce soit par le codage, l’initiation à la robotique, la programmation ou l’utilisation de diverses applications, dès la maternelle, les élèves sont exposés à ces diverses technologies et apprennent à s’en servir au profit de leurs apprentissages. 

En parallèle, le Conseil a aussi développé une culture de l’utilisateur numérique pour assurer la sécurité des élèves. L’élève n’est pas qu’un spectateur passif, il est aussi un créateur de contenu et le parent devient accompagnateur. Les enseignants s’assurent également de conscientiser les élèves à l’importance de respecter le code de citoyenneté numérique afin qu’ils préconisent des comportements numériques éthiques et respectueux. 

Le CECCE, chef de file en éducation

Dans le monde de l’éducation, le mot se passe et on entend parler du CECCE à l’extérieur des frontières de l’Ontario pour ses pratiques innovantes. L’expertise de ses professionnels est recherchée par plusieurs autres conseils scolaires, qui n’hésitent pas à s’inspirer des pratiques mises en place dans les écoles catholiques du Centre-Est. Même les plus grands experts et chercheurs de l’éducation à l’international s’intéressent aux pratiques innovantes du Conseil. D’ailleurs, le CECCE collabore fréquemment avec des experts de renommée internationale tel que Michael Fullan, sommité mondiale sur la réforme de l’éducation. 

Le Conseil a aussi récemment participé à un projet d’étude de cas d’enseignement de l’Université Harvard. En effet, le professeur Christopher J. Dede du Département des technologies, de l’innovation et de l’éducation à l’Université Harvard, en collaboration avec la directrice Thérèse Laferrière et ses collègues du Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES) de l’Université Laval ont mené des entrevues de recherche portant principalement sur les succès liés à l'enseignement et à l'apprentissage à l'ère numérique, ainsi que sur l'ensemble des stratégies visant à transformer l'expérience d'apprentissage et le leadership dans les écoles du CECCE. De ces recherches, découlera une étude de cas qui servira à mettre sur pied un nouveau cours pour les étudiants de Harvard. 

Redéfinir les limites de l’apprentissage

Parce que les élèves d’aujourd’hui sont les acteurs de demain et qu’ils méritent ce qu’il y a de mieux, le CECCE se fait un devoir de repousser les limites de l’apprentissage et de constamment innover pour demeurer chef de file  dans le domaine de l’éducation.

Comme la citation de Grace Hopper l’illustre bien : Un bateau est en sécurité dans le port. Mais ce n’est pas pour cela que les bateaux ont été construits. Prenez la mer et faites de nouvelles choses. C’est exactement ce que le Conseil fait ; il a une vision bien claire de la destination où il veut amener chacun de ses élèves. C’est grâce à ce virage tourné vers le 21e siècle que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est se démarque au quotidien et qu’il s’est positionné en tant que chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage.