Dites Bonjour à
des vacances ici

Goûtez les plaisirs côtiers du Bas-Saint-Laurent

Pour côtoyer le fleuve, ses rives et ses îles, le Bas-Saint-Laurent n’a pas son pareil. L’automne, l’estuaire devient un havre paisible et enchanteur où il fait bon goûter le vent du large, les alcools locaux et les saveurs forestières. Les férus de randonnées, les amateurs de patrimoine maritime et les épicuriens y trouveront leur compte à coup sûr.

Dans le Bas-Saint-Laurent, là où le fleuve s’ouvre sur le golfe, la forêt et la prairie qui courent le long des berges offrent de nombreuses occasions d’apprécier une variété d’écosystèmes et de paysages. Deux parcs nationaux et un parc régional permettent de faire le plein de beauté et de grand air.

Tomber sous le charme de la côte

Les caps, baies, anses, îles et montagnes du parc national du Bic donnent un cachet et un relief particuliers à chaque sentier. S’aventurer sous le couvert des arbres parés de leurs couleurs automnales tout en sentant la brise du vent marin a un effet à la fois calmant et galvanisant. Eiders à duvet, oiseaux de proie, phoques, porcs-épics et cerfs de Virginie composent la faune diversifiée qu’on peut y observer. En plus d’y pratiquer la randonnée pédestre sur les 25 kilomètres de sentiers aménagés, il est possible d’y faire du kayak de mer jusqu’au 30 septembre. Un circuit de géocachette de 10 kilomètres et plusieurs activités de découverte sont aussi proposés aux visiteurs.

Le parc côtier Kiskotuk se divise en sept secteurs répartis à Cacouna, L’Isle-Verte et Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, où l’on trouve des sentiers pédestres, des boucles cyclables, des sites de camping sauvage et des chalets rustiques. On peut y observer de nombreuses espèces d’oiseaux et y visiter divers attraits qui mettent en valeur la culture autochtone.

Au Témiscouata, d’autres lieux enchanteurs attendent les visiteurs. Au cœur des Appalaches, le parc national du Lac-Témiscouata compte de nombreux lacs et rivières qui combleront les amateurs de sports nautiques. Né de la puissance des glaciers, riche de 10 000 ans d’histoire humaine, le parc permet de renouer avec la nature dans toute sa splendeur.

Charmer ses papilles

Plusieurs arrêts épicuriens permettent de goûter la douceur de l’automne et le savoir-faire des artisans du Bas-Saint-Laurent. Porter son regard au loin en ayant un verre ou une fourchette à main, c’est la promesse de ravir à la fois ses yeux et ses papilles.

Passage obligé, la Distillerie du St. Laurent produit des spiritueux inspirés par la mer, fièrement distillés à Rimouski. Reconnue pour ses gins faits à partir d’algues, la dynamique entreprise concocte aussi du whisky avec des grains locaux et de l’Acerum, à base de sirop d’érable. Sa toute nouvelle distillerie au bord de l’eau comprend un café-bar lumineux doté d’un foyer, d’une terrasse couverte et d’une boutique; on peut y faire des dégustations sur réservation.

Plusieurs activités se déroulent en septembre, Mois du champignon, dont le Festival des champignons forestiers de Kamouraska, qui se tient cette année du 16 au 18 septembre au Camp musical Saint-Alexandre. Des conférences et excursions sont au menu pour découvrir les truffes, l’umami (qui signifie « goût délicieux ») ainsi que la cueillette ou la culture de champignons. Un marché aux champignons et des kiosques gourmands complètent l’offre de cet événement finaliste aux Lauriers de la gastronomie québécoise en 2022. 

Les voyageurs auront deux occasions de casser la croûte avec des produits du terroir tout en dégustant des bières de microbrasseries des quatre coins du Québec grâce au Bière Fest. Rendez-vous à Rimouski du 8 au 10 septembre et au cœur du Vieux Rivière-du-Loup du 15 au 17 septembre.

Pour les explorateurs

À force de regarder le fleuve, l’envie monte de prendre le large pour aller découvrir les îles qu’on aperçoit au loin. Jusqu’au 25 septembre, la Société Duvetnor à Rivière-du-Loup propose des excursions en mer autour des îles du Pot à l’Eau-de-Vie. Cet archipel comprend Le Gros Pot, Le Petit Pot et Le Pot du Phare, où l’on peut passer une nuitée en s’imaginant en être le gardien. Du camping sauvage sur l’île aux Lièvres et de l’hébergement en chalet ou à l’auberge sont aussi offerts.

Monter à bord du gigantesque sous-marin Onondaga, admirer le deuxième plus haut phare au Canada et revivre le naufrage du célèbre Empress of Ireland ne sont que quelques-unes des aventures que propose le Site historique maritime de la Pointe-au-Père. Un nouveau parcours interactif extérieur, la possibilité d’expérimenter les systèmes à bord du mastodonte d’acier et une série de missions sur tablette donnent l’occasion aux visiteurs, petits et grands, de jouer aux marins et aux explorateurs.

Les randonneurs à la recherche de points de vue vertigineux seront servis au Canyon des Portes de l’Enfer, une des gorges de la rivière Rimouski. Les parois abruptes atteignent jusqu’à 90 mètres de haut et courent sur près de cinq kilomètres. Un réseau de sentiers permet d’accéder à la plus haute passerelle suspendue du Québec (63 mètres!), d’apprécier la chute du Grand Sault et de vivre la descente aux Enfers, qui compte plus de 300 marches.

Contes rassembleurs

Il y a plusieurs façons d’apprécier une bonne histoire, mais rien de plus chaleureux et rassembleur que de se la faire raconter de vive voix. Le Rendez-vous des Grandes Gueules s’y applique chaque automne depuis 25 ans, en puisant aux imaginaires et aux parlures de toute la francophonie. 

Du 5 au 9 octobre, Trois-Pistoles se transforme au gré des contes traditionnels et des récits plus contemporains. Les conteurs qui viennent y livrer leurs textes nous permettent de renouer avec la part sombre ou lumineuse de l’être humain. 

À l’automne, le Bas-Saint-Laurent a tout pour ravir les visiteurs. Les plaisirs y sont aussi variés que les coloris qui enflamment les feuilles des arbres et les nuances qui dansent dans les eaux du fleuve. Préparez-vous à être charmé!