Logo Banque Nationale
Trouver son allié

Travailler ensemble : la force de nos experts agricoles

Temps de lecture estimé 3 min

Au Canada, le succès des petites et moyennes entreprises dépend souvent des efforts concertés de plusieurs membres d’une même famille. C’est particulièrement vrai dans le secteur agricole, où les finances du ménage et celles de l’entreprise sont étroitement liées, ce qui nécessite une stratégie financière flexible et intégrée.

Des chefs d’entreprises familiales, les experts du secteur agricole de la Banque Nationale en croisent tous les jours. Des gens comme Gaétan Desroches, agriculteur de Saint-Paul-d’Abbotsford, qui dirige la ferme avicole qu’il a reprise de son père il y a un quart de siècle et qui prépare maintenant sa propre succession.

« Dès ma première rencontre avec Gaétan, j’ai pu voir la dynamique familiale à l’œuvre, se souvient Dany Gagnon, directeur de compte spécialisé en agriculture. Même s’il n’était pas encore question de succession à l’époque, nous avons abordé le sujet de la relève de la ferme. En fait, c’est moi qui ai l’abordé, en sachant très bien que ce sont des réflexions qui peuvent s’étaler sur plusieurs années. Cette proactivité fait partie des éléments qui nous distinguent. »

Ce genre de relation privilégiée ne s’improvise pas du jour au lendemain et repose sur une stratégie que la Banque Nationale a construite au fil du temps. Depuis l’embauche de Cyril Parent, premier agronome à se joindre à l’institution dans les années 1970, la Banque Nationale ne cesse d’améliorer les services qu’elle offre au milieu agricole, qui est devenu l’un de ses secteurs phares.

Passer le flambeau

En attendant le grand jour de la succession, probablement l’étape la plus cruciale de la vie d’un agriculteur, la Banque Nationale est là pour épauler Gaétan au jour le jour. « Pour ça, on doit connaître et comprendre le quotidien de nos clients, explique Dany Gagnon. Ça veut dire connaître leurs besoins techniques, mais aussi humains. On ne peut pas faire le portrait d’un client simplement en analysant un bilan financier. Moi, je préfère de loin visiter une étable et parler aux employés plutôt que de rencontrer un client au bureau. »

Pour aider Gaétan à mieux préparer son avenir, Dany Gagnon a travaillé main dans la main avec sa collègue Katrine St-Amand, planificatrice financière à la Banque Nationale. « Je sers Gaétan et sa famille depuis plus de dix ans pour leurs besoins financiers, explique cette dernière. Et quand on a commencé à parler de l’avenir de l’entreprise, Dany et moi étions là pour répondre à toutes leurs questions. »

À leur rythme

Dany Gagnon et Katrine St-Amand ne sont pas les seuls spécialistes impliqués dans le dossier de Gaétan. Comme le transfert de propriété d’une ferme pose de nombreux défis, ils ont pu compter sur Paul Maynard, expert en la matière à la Banque Nationale, qui pilote une quarantaine de dossiers du genre par année.

Comme il n’y a pas qu’une manière de transférer sa ferme à ses descendants, il est primordial de bien connaître les intentions des clients et d’être à leur écoute sans forcer la main. « Puisque Gaétan est dans la cinquantaine – ce qui est jeune – et qu’il ne rêve pas encore de retraite, on a prévu une période de cogestion qui va s’étaler sur des années », explique Paul Maynard.

« C’est une opération assez complexe, surtout lorsqu’elle se passe à l’intérieur d’une même famille, renchérit Dany Gagnon. On ne se lève pas un matin en se disant qu’on va léguer sa ferme aujourd’hui. C’est pourquoi on doit évaluer tous les scénarios possibles. »

D’ici là, Gaétan Desroches sait qu’il peut compter sur trois alliés qui travaillent en synergie au sein de la Banque Nationale. Il pourra également bénéficier de l’offre Privilège, qui propose des solutions financières taillées sur mesure pour les clients œuvrant dans le milieu agricole. « Les entrepreneurs agricoles, ce sont des passionnés de leur métier, comme on l’est du nôtre, précise Dany Gagnon. Ils ont parfois besoin d’un petit coup de main lorsqu’il est question d’enjeux financiers, et on est toujours à leur disposition pour les aider à réussir. C’est vrai avec Gaétan, et ce le sera encore quand son fils François va prendre la relève. »