30 août - 00:00 (Est) - 7:00 • 23,0°C (Athènes)

À NE PAS MANQUER
TABLEAU DES MÉDAILLES
1 USA 35 39 29 103
2 CHN 32 17 14 63
3 RUS 27 27 38 92
21 CAN 3 6 3 12
NOS CYBER-REPORTERS

Cette rubrique est un hommage à tous ceux qui ont touché de près au rêve olymique et nous l'ont fait vivre. Il n'est pas question seulement de médailles et d'exploits, mais aussi et surtout de souvenirs, d'anecdotes et de la magie des Jeux.

Nos olympiens d'hier
Guillaume Leblanc

Guillaume Leblanc
3 août 2004 - Guillaume Leblanc a vraiment été un athlète pour qui l'esprit olympique a pris tout son sens. « Encore aujourd'hui, je suis témoin d'une victoire de quelqu'un et ça me prend au coeur, ça m'anime », dit-il.

Septilien d'origine et Rimouskois d'adoption, Guillaume Leblanc a eu droit à deux honneurs: le premier à Sept-Îles, où une piste d'athlétisme porte son nom depuis 1983; le second à Rimouski, où le centre sportif de l'endroit a été baptisé en son honneur à son retour de Barcelone.

Là où, bien sûr, il a connu son heure de gloire en vertu de sa médaille d'argent au 20 km marche.

Bourdonnement

« Maudit que c'est l'fun, les Jeux olympiques, affirmait-il en 1992. C'est extraordinaire. Durant l'épreuve, il y avait 60 000 personnes, des hélicoptères, des motocyclettes, des officiels. C'était un bourdonnement constant ».

Après une quatrième place à Los Angeles (1984) et une dixième position à Séoul (1988), Guillaume « Le Conquérant » était en mission à Barcelone. « J'y étais allé trois ans auparavant, en touriste, avec ma femme. En 1992, je n'y allais pas en touriste. Ça, c'était réglé! J'avais un devoir d'athlète à faire et c'était clair que j'y allais pour une médaille ». Preuve de son approche très cartésienne...

Suivant sa disqualification sur 50 km à Barcelone, Guillaume Leblanc a fait savoir que le 20 km serait sa dernière course. Ce qui désolait son instructeur Pierre L'Écuyer. « Guillaume est actuellement un des deux ou trois meilleurs, sinon le meilleur marcheur au monde », disait-il, admiratif.

Père de trois enfants et à l'emploi de l'entreprise CGI, Guillaume Leblanc a quitté la scène sportive avec la satisfaction d'avoir mis beaucoup d'énergie dans la marche olympique. « J'aurais été aussi satisfait en terminant 30e. Je me suis dédié complètement et j'ai tout donné ».

Faire suivre ce texte
Imprimer

À LIRE AUSSI
       ÉQUIPE       ÉCRIVEZ-NOUS       CYBERLETTRE       DROITS D'AUTEUR      MANCHETTES       CHERCHER © Radio-Canada