Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Musique

Mise à jour le mercredi 22 novembre 2006 à 8 h 50
Envoyer à un ami

François Blain est réalisateur à l'émission MACADAM TRIBUS, diffusée le vendredi et le samedi de 20 h à 23 h, à la Première chaîne de Radio-Canada.

Nouveauté - Québec

Oui, Stefie Shock «cartonne» encore

cote du film : 3.5

Une critique de Francois Blain

Associé au monde des DJ, Stefie Shock a vraiment occupé le devant de la scène avec Le décor.

Ce deuxième disque a été couronné du titre de l'album pop-rock de l'année par l'Adisq en 2004. De toute évidence, l'auteur-compositeur aux airs dansants avec des histoires à raconter a réussi alors à imposer son style.

Flamboyant sur scène, efficace sur disque, le guitariste gaucher mitraille des mélodies pimpantes qui dissimulent les coins plus sombres de ses textes. Cela lui donne la densité qu'il faut pour le classer au rayon de la pop intelligente. C'est encore le chemin suivi pour cette nouvelle galette.

Un homme euro

Même si cela ne semble pas fonctionner à son goût, lorsque l'on a appris que Shock intéressait l'industrie musicale en France, cela n'a pas surpris. Il est probablement le plus européen des chanteurs pop québécois.

(Image prise sur le site internet)

Certains choix le démontrent. Sur Le décor, il reprenait Pas assez de toi de la Mano Negra. Cette fois, il donne sa version de Savoure le rouge du groupe Indochine. Il a aussi coordonné comme un poisson dans l'eau l'hommage discographique à Joe Dassin (Salut Joe!).

Chic et pop

L'ensemble des 10 titres de ce nouveau CD porte la signature de Stefie Shock: des cuivres souriants, un pied dansant et un mélange des genres habillement contrôlés. C'est vrai avec le reggae sautillant de Geyser, chanté en duo avec Suzie McLeLove des Breastfeeders ou du rock bien trempé de Cent mille raisons d'être mortel.

Particularités de ce troisième enregistrement, le musicien y glisse sa première ballade (En chute libre). De plus, il clôture le disque avec une sortie légèrement psychédélique (Les vendredis) appuyée par un orgue des années 70.

Les vendredis Shock

Aux premières écoutes de ces Vendredis, il peut sembler qu'il y a moins de chansons qui cartonnent. Il n'en est rien. À chaque audition supplémentaire, l'hameçon pénètre plus profondément dans le conduit auditif.

Or, pour un pêcheur comme pour un chanteur, il s'agit là d'une bonne nouvelle.

Stefie Shock / Les vendredis
Atlantis (ATCD 5616)

À lire aussi