Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Livres

Mise à jour le vendredi 29 février 2008 à 23 h 17
Envoyer à un ami

Littérature

Louve ou écrivaine?

Misha Defonseca

Photo: AP/John Blanding

Misha Defonseca

Le best-seller Survivre avec les loups est une pure supercherie. L'auteure de ce livre, l'écrivaine belge Misha Defonseca, a avoué que son « récit autobiographique », porté à l'écran, est le produit de son imagination.

Ce qui a été décrit comme « l'incroyable histoire vraie d'une rescapée de la Shoah » s'avère donc une affabulation.

C'est le quotidien bruxellois Le Soir qui a découvert cette nouvelle imposture littéraire. « Misha n'a jamais été une petite fille juive de huit ans, partie à pied à travers une Europe en guerre pour retrouver ses parents aux mains de la Gestapo et qui a réussi à survivre grâce à une meute de loups », écrit le journal.

« Je m'appelle Monique Dewael, mais depuis que j'ai quatre ans, je veux l'oublier », avoue l'auteure de Survivre avec les loups. Elle a demandé pardon « à tous ceux qui se sentent trahis ».

Celle qui est devenue la célèbre Misha Defonseca affirme avoir été « une petite fille de quatre ans qui a tout perdu ».

Selon son acte de naissance, elle est née en 1937 à Etterbeck, en Belgique. Ses parents ont bien été déportés et assassinés durant la Seconde Guerre mondiale, mais vraisemblablement pour des faits de résistance.

Il est toutefois désormais établi que l'auteure, issue d'une famille de Bruxelles, les De Wael, n'est pas juive, contrairement à ce qu'elle a prétendu. De plus, son voyage avec les loups est fictif.

C'est vrai que je me suis raconté, depuis toujours, une vie, une autre vie, une vie qui me coupait de ma famille, une vie loin des hommes que je détestais. C'est aussi pour cela que je me suis passionnée pour les loups, que je suis entrée dans leur univers. Et j'ai tout mélangé. — Misha Defonseca

Une manière de survivre

Le livre Survivre avec les loups

Photo: AFP/Olivier Laban-Mattei

Le livre Survivre avec les loups

Misha Defonseca tient toutefois à préciser que « ce livre, cette histoire, c'est la mienne. Elle n'est pas la réalité réelle, mais elle a été ma réalité, ma manière de survivre, de conjurer ma souffrance ».

Traduit en 18 langues, Survivre avec les loups a ému des millions de lecteurs et attiré des milliers de spectateurs au cinéma. Dans son récit, Misha Defonseca raconte l'histoire d'une petite fille juive qui a parcouru 3000 kilomètres à pied, en compagnie de loups, à la recherche de ses parents, à partir de 1941.

Le film, portant le même titre et réalisé par Vera Belmont, totalise plus de 540 000 entrées, après cinq semaines d'exploitation.

Âgée de 71 ans, Misha Defonseca vit actuellement à Dudley, aux États-Unis.

De l'imposture littéraire

L'histoire de Misha Defonseca n'est pas une exception dans le monde de l'édition, où pullulent pareilles impostures.

En 1983, le faussaire Konrad Kujau avait réussi à vendre ses faux Carnets d'Hitler. Aux États-Unis, Mille morceaux, un témoignage bidon d'un pseudo toxicomane, James Frey, a été écoulé à 3 millions d'exemplaires.

Une autre imposture américaine: le récit « autobiographique » de J.T. Leroy, jeune prostitué travesti, paru en 2000 aux États-Unis. Il s'est avéré que J.T. Leroy n'est pas l'auteur du livre et qu'il ne s'agit que d'une invention pour faire de l'argent.

En 1993, Helen Demidenko publie en Australie un récit présenté comme un témoignage sur deux frères ukrainiens enrôlés dans les SS, avant de se réfugier en Australie. Le récit, plusieurs fois primé, se révélera entièrement faux.

Pour sa part, Benjamin Wilkomirski a livré ses faux souvenirs d'enfance dans le camp de Majdanek, en Pologne, pendant la Seconde Guerre mondiale. Le livre, paru en 1995 en Suisse, a été traduit dans une douzaine de langues.

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et Associated Press