Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Livres

Mise à jour le mardi 6 novembre 2007 à 13 h 23
Envoyer à un ami

Michel Tremblay

La traversée initiatique de Nana

Couverture de La traversée du continent (détail)

Photo: Leméac Éditeur

Couverture de La traversée du continent (détail)

L'auteur le plus célèbre du Québec s'est souvent inspiré de sa mère au fil des 45 ans de sa fructueuse carrière littéraire et théâtrale.

La grosse femme d'à côté est enceinte, Encore une fois si vous le permettez et plusieurs autres pièces de théâtre et romans rendent hommage à cet être qui a occupé une place marquante dans la vie, personnelle comme artistique, de Michel Tremblay.

Intitulé La traversée du continent, son vingt-sixième roman a ceci de particulier qu'il évoque un chapitre de la vie de sa mère qu'il n'a jamais connu.

« J'ai inventé complètement une enfance à ma mère, raconte Michel Tremblay. Cette Nana ressemble moins à ma mère que dans mes pièces, où elle est adulte. »

Michel Tremblay

Michel Tremblay (archives)

Francophones de l'Ouest

La traversée du continent raconte le parcours de Rhéauna, surnommée Nana. En 1912, la jeune fille de 10 ans quitte Sainte-Maria-de-Saskatchewan, enclave francophone et catholique de 200 âmes. Au terme d'un voyage de trois jours, Nana arrive à destination transformée.

« À bord du train, en croisant des passagers, l'adolescente apprend des choses sur la vie dont elle ne pouvait pas deviner l'existence », raconte l'auteur.

Le roman se déroule en divers endroits de l'Ouest canadien, dont Maria, Regina et Winnipeg.

« On a beaucoup parlé des francophones qui se sont exilés en Nouvelle-Angleterre, poursuit Michel Tremblay. On a peu parlé de ceux qui sont allés vers l'Ouest pour construire les chemins de fer. »

La traversée du continent aura une suite. Dans le prochain roman, Nana arrivera à Montréal, un mois avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, en 1914.

La traversée du continent
de Michel Tremblay
Lémac Éditeur
288 pages

Michel Tremblay: biographie

Compagnie Jean Duceppe

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes