Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Cinéma

Mise à jour le mardi 4 décembre 2007 à 13 h 35
Envoyer à un ami

L'âge des ténèbres

Sortir de l'ombre

Première de L'âge des ténèbres

De grands sourires lors de la première montréalaise lundi soir

C'est lundi soir à la Place des Arts qu'avait lieu la première montréalaise du dernier film de Denys Arcand. L'âge des ténèbres, sera présenté au Québec à compter de vendredi dans plus de 80 salles.

Cette oeuvre ironique raconte l'histoire de Jean-Marc, un homme sans histoire qui est un petit fonctionnaire, un mari insignifiant, un père manqué et un fumeur clandestin. Pour échapper à sa réalité, il s'évade dans ses fantasmes mais, forcément, la réalité le rattrape.

Des critiques massacrantes

Lors de la première, le réalisateur a souligné que le film a été bien accueilli chaque fois qu'il a été présenté au public, que ce soit à Cannes ou à Toronto.

Pourtant, lors de sa sortie en France en septembre dernier, le film a reçu un accueil mitigé en salle et a été littéralement massacré par la critique.

Lors du dernier Festival de Cannes, c'est avec réserve que les critiques l'ont accueilli.

En lice

L'âge des ténèbres compte parmi les 61 films qui ont été choisis par les correspondants étrangers à Hollywood pour être admissibles à une nomination pour le Golden Globe du meilleur film étranger. Les cinq films sélectionnés seront annoncés dans quelques semaines.

De plus, L'âge des ténèbres a été choisi par Téléfilm Canada pour représenter le Canada dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Fait cocasse, afin d'être admissible pour les Oscars, le long métrage a été présenté en septembre dernier, à Grande Prairie, en Alberta. Pour se qualifier, un film devait être diffusé pendant une semaine dans une salle commerciale du pays qu'il représente, entre le 1er octobre 2006 et le 30 septembre 2007.

Denys Arcand

Photo: La Presse Canadienne

Denys Arcand (archives)

Pour le plaisir

En entrevue avec Marie-Christine Trottier, Denys Arcand confie qu'il est un peu indifférent à cette course aux prix. Pour lui, le plus important ne consiste pas à gagner une fois de plus des prix que, du reste, il a déjà gagnés.

S'il fait des films, c'est pour dire des choses qu'il juge essentielles et pour rejoindre les gens. Il ajoute que la chose la plus importante consiste à avoir du plaisir à faire des films.

L'Âge des ténèbres

Le site du distributeur canadien

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes