Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Cinéma

Mise à jour le vendredi 12 janvier 2007 à 7 h 17
Envoyer à un ami

Polémique

À droite, toute!

Jean-Charest et Lucien Bouchard

Après une sortie assez discrète à Québec, un documentaire condamnant le modèle québécois prend l'affiche vendredi à Montréal et la semaine prochaine à Sherbrooke.

L'illusion tranquille risque de soulever la grogne dans les milieux syndicaux.

Fatigués de voir les politiciens tourner en rond autour du débat national, les réalisateurs Denis Julien et Joanne Marcotte ont décidé de suivre l'exemple du réalisateur américain Michael Moore. Ils se servent du documentaire pour faire valoir un point de vue et brasser quelques idées reçues.

Le Québec est bel et bien riche en pauvres et pauvre en riches. Pas étonnant que ce soit à la classe moyenne de payer le plus gros des impôts. — L'Illusion tranquille

Et ils insistent pour préciser que 70 % des impôts sont payés par la classe moyenne.

La tarte des contribuables québécois

Leur point de vue, c'est que le Québec se dirige vers un mur à cause du monopole de l'État et des syndicats.

Les experts et les jeunes

Pour appuyer leur thèse, les documentaristes font appel à un aréopage de spécialistes qu'on entend rarement.

Le professeur Réjean Breton de l'Université Laval

Réjean Breton

Ainsi, le professeur Réjean Breton de l'Université Laval pourfend les syndicats d'une manière aussi colorée que bien des syndicalistes: « La valeur première des syndicaleux (sic), c'est l'ancienneté. Qu'est-ce que c'est dynamique! Qu'est-ce qu'on peut construire un monde extraordinaire avec l'ancienneté! »

Et la narratrice de commenter: « Bref, l'alliance traditionnelle entre l'élite syndicale et le Parti québécois fait que le Québec est le village gaulois du syndicalisme en Amérique du nord. »

La parole est aussi donnée à des jeunes qui défendent des points de vue qu'on ne peut qualifier de gauche. « Souvent on n'a pas les moyens de nos programmes. Mais, justement, on les garde parce que c'est un dû, un acquis social. Et un acquis social, on n'y touche pas. C'est inévitable qu'on ait cette dette », dit un jeune homme.

La réalisatrice et le producteur, son mari, sont membres de l'ADQ. Ils ont eu l'audace de leurs convictions, allant jusqu'à produire le film à leurs frais et sans subvention.

L'illusion tranquille, un document qui se veut polémique, a l'avantage de créer un choc des idées dans une société généralement consensuelle.

L'illusion tranquille
Le Beaubien et Cinéma du Parc
À compter du 12 janvier