Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE

Logo Radio-Canada

Théâtre

«Réveillez-vous et chantez!»... un air suranné

Lili Marin est journaliste à Radio-Canada.ca.

Mise à jour le jeudi 5 mars 2009 à 15 h 03

cote du film : 3.5

Une critique de Lili Marin

La Grande Dépression. Tandis que les observateurs de la chose économique osent à peine l'évoquer lorsqu'ils se penchent sur la crise actuelle, les observateurs des moeurs que sont les membres du Théâtre de l'Opsis la saisissent à bras-le-corps dans une production qui tombe à-propos.

Écrite en 1935 et située deux années auparavant, la pièce Réveillez-vous et chantez! remet en question le système capitaliste, ainsi que la famille bourgeoise.

Albert Millaire et Henri Chassé

Photo: Suzane O'Neil

Albert Millaire et Henri Chassé

Dans le Bronx, un vieux barbier, émigré juif, embête sa fille avec ses discours révolutionnaires (« Abolissons la propriété privée! »). Il essaie aussi d'éviter que ses petits-enfants ratent leur vie en poursuivant le rêve américain du succès matériel et du bonheur domestique. Or, la maisonnée est menée d'une main de fer par sa fille, la soumission de son gendre n'ayant d'égale que sa naïveté envers la société.

Portrait d'un temps révolu

Annick Bergeron et Jean-François Casabonne

Photo: Suzane O'Neil

Annick Bergeron et Jean-François Casabonne

Se gardant bien d'établir des parallèles entre les situations d'hier et d'aujourd'hui, la directrice de la compagnie et metteure en scène Luce Pelletier a choisi de présenter tel quel le texte de Clifford Odets.

Le décor, à peine épuré, les costumes et les coiffures, même le son de la musique respectent parfaitement l'époque et le milieu social représenté.

Seule la langue n'y correspond pas tout à fait, en raison de la traduction. Comme elle l'avait fait pour Kvetch, de Steven Berkoff, en 2001, Fanny Britt transpose en québécois un anglais aux accents juifs.

Ça pourrait aller, si ce n'était des noms prononcés à l'anglaise, qui sonnent très peu naturel.

Ce petit accroc s'ajoute aux maladresses de l'auteur, déterministe, qui souligne à gros traits les caractéristiques de chacun de ses personnages. Certaines tirades ne servent qu'à appuyer sa thèse marxiste qui, bien qu'elle n'ait pas tout faux, amuse davantage par sa simplicité qu'elle ne choque. De la même manière, certaines remarques sur la place des femmes font franchement rigoler aujourd'hui.

Henri Chassé et Évelyne Brochu

Photo: Suzane O'Neil

Henri Chassé et Évelyne Brochu

Les comédiens ne sont pas tous à armes égales pour défendre ce texte daté.

Albert Millaire semble tout à fait à l'aise dans le rôle du révolutionnaire de salon, Jean-François Casabonne étonne en père de famille un peu benêt, et Évelyne Brochu éclaire la scène de sa féminité, tout comme elle rayonnait aux côtés de Karine Vanasse dans Polytechnique.

Réveillez-vous et chantez! suit, dans le cycle américain de l'Opsis, Le bruit et la fureur.

Malgré ses défauts, cette première pièce de Clifford Odets montée en français au Québec s'avère plus réussie que l'adaptation théâtrale du roman de William Faulkner.

Elle ne justifie cependant pas le surnom de Tchekhov américain dont a hérité son auteur.

Réveillez-vous et chantez!

  • Texte: Clifford Odets
  • Traduction: Fanny Britt
  • Mise en scène: Luce Pelletier
  • Interprétation: François Arnaud, Annick Bergeron, Évelyne Brochu, Jean-François Casabonne, Henri Chassé et Albert Millaire
  • Décor et accessoires: Olivier Landreville, assisté de Michèle Magnan
  • Musique originale: Ludovic Bonnier
  • Costumes: Julie Breton, assistée de Marie-Noëlle Klis
  • Maquillage et coiffure: Sylvie Rolland
  • Au Théâtre Prospero, jusqu'au 28 mars

Hyperlien externe

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Besoin d'aide?