Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE

Logo Radio-Canada

Théâtre

Le psychomaton: Pourquoi le monde est sans amour?

Lili Marin est journaliste à Radio-Canada.ca.

Mise à jour le mardi 3 mars 2009 à 15 h 12

cote du film : 2.5

Une critique de Lili Marin

Josée

Photo: Mario Villeneuve

Josée

De bonnes intentions suffisent rarement à changer le monde, et un bon flash à faire une bonne pièce. Ainsi, la protagoniste du Psychomaton se heurte à des problèmes plus grands que ses moyens, tandis que la production du Groupe ad hoc ne parvient pas à éviter les écueils du drame urbain.

Elle arrivait pourtant de la Vieille Capitale portée par une rumeur favorable, comptant sur une vedette du petit et du grand écran pour attirer les foules. Or, le personnage que défend tant bien que mal Hélène Florent (La galère, Dans les villes, Yellowknife), Josée, manque de crédibilité.

On voudrait bien croire que cette employée de dépanneur de la basse-ville de Québec, détentrice d'un maigre diplôme d'études secondaires, élabore une théorie sur la détresse humaine et fasse référence à Nietzsche.

L'idée d'offrir aux gens un confessionnal nouveau genre, qui fournit une pensée philosophique au bout de quelques minutes de la même manière qu'un photomaton tire des portraits, était fort sympathique.

Cependant, les longues tirades de Josée sonnent davantage comme un message de l'auteure que comme la réflexion d'une fille de sa condition. Tous les autres personnages ne servent qu'à illustrer son propos, à montrer que la vie est laide et que « notre époque est assoiffée de spiritueux ».

Les femmes sont des victimes (de violence conjugale, d'exploitation sexuelle, de dépendance aux drogues, d'obsessions compulsives et de solitude) et les hommes sont des minables, tout juste bons pour de petits crimes.

Cette galerie est certes distrayante, grâce au jeu des interprètes et à certaines répliques bien tournées (« Depuis que j'ai lâché l'école pour la colle, toutes mes idées sont comme scotch tapées ensemble »). Elle devient toutefois lassante parce que trop prévisible.

Rose

Photo: Mario Villeneuve

Rose

Même constat du côté de la mise en scène, qui prend le parti d'un certain réalisme. C'est une musique digne d'un film américain qui assure les transitions entre les scènes. Discutable.

En fait, la pièce fait penser à un long métrage de Charles Binamé: Le coeur au poing. Elle aborde elle aussi une thématique sociale avec un mode de narration parcellaire, essayant de tracer une touchante fresque contemporaine. De toute évidence, ce qui fonctionnait relativement bien au cinéma, il y a déjà plus de dix ans, ne s'avère pas aussi heureux sur scène. Dommage.

Le psychomaton

  • Texte: Anne-Marie Olivier
  • Mise en scène: Véronika Makdissi-Warren
  • Interprétation: Hélène Florent, Paul-Patrick Charbonneau, Érika Gagnon, Éric Leblanc et Édith Paquet
  • Décor: Élise Dubé
  • Conception sonore: Jean-Sébastien Côté
  • Conception vidéo et graphisme: Mario Villeneuve

  • Au Théâtre d'aujourd'hui, jusqu'au 7 mars

Besoin d'aide?