Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE

Logo Radio-Canada

Création

Le théâtre abstrait de Christian Lapointe

Lili Marin est journaliste à Radio-Canada.ca.

Mise à jour le vendredi 13 février 2009 à 14 h 43

cote du film : 3

Une critique de Lili Marin

Une pièce sans action, déclamée comme un long poème dans la pénombre, voilà ce que propose le directeur artistique du Théâtre péril avec Anky ou la fuite / opéra du désordre, sa deuxième création. Elle prend l'affiche à Montréal après avoir été présentée au Carrefour international de théâtre de Québec, en mai 2008.

Sylvio-Manuel Arriola

Photo: Yan Turcotte

Sylvio-Manuel Arriola

Christian Lapointe semble vouloir tester les limites de son public, qui n'en exigeait peut-être pas tant. Le spectacle ne se veut pas accessible, comme en témoigne la toile qui sépare les spectateurs de l'espace scénique. Y sont projetés des mots, trop de mots. Puis, on aperçoit les trois acteurs, plantés face à l'audience, en silence. Trop long silence.

Enfin, ils attaquent. Sans broncher, ils débitent le texte, à la fois touffu et elliptique.

Que sommes nous venus voir ici
[...]
Une nature morte saturée
Des espaces vides aux teintes sombres
Une torpeur immonde

Jocelyn Pelletier

Photo: Yan Turcotte

Jocelyn Pelletier

L'approche frontale rappelle un peu celle de Sarah Kane, dramaturge suicidée à laquelle Lapointe s'est déjà frotté, mais la partition franchement musicale évoque davantage Le petit Köchel de Normand Chaurette.

La voix de Jocelyn Pelletier confère à la pièce l'émotion que lui interdit la mise en scène, cérébrale et froide. Ses inflexions subtiles trahissent une fêlure qui donne du relief à la prose de Lapointe.

Quittons cette scène et ces gradins le coeur torturé

Mais de quoi au juste est-il question? D'une rupture amoureuse, finit-on par comprendre, grâce à l'accumulation de scansions. Sujet banal, donc, abordé de manière radicale.

La fiction s'épuise / elle en baverait pour moins

Le rejet de la narration en tant que telle et des personnages traditionnels par Christian Lapointe font de cet opéra du désordre un objet intéressant sur le plan formel. Le résultat n'a rien à voir, cependant, avec sa mise en scène de Vu d'ici, qui était à l'affiche du Théâtre La Chapelle l'automne dernier, et c'est très bien comme ça. Voilà un artiste qui ne craint pas d'explorer de nouvelles avenues, qui déboucheront certainement sur quelque chose de pertinent.

Anky ou la fuite / opéra du désordre

  • Texte et mise en scène: Christian Lapointe (assisté par Adèle Saint-Amand)
  • Interprétation: Sylvio-Manuel Arriola, Maryse Lapierre, Jocelyn Pelletier
  • À la salle Jean-Claude Germain du Théâtre d'Aujourd'hui, jusqu'au 28 février

Besoin d'aide?