Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

+ d'arts et spectacles

Mise à jour le mardi 24 janvier 2006 à 11 h 55
Envoyer à un ami

Vols d'oeuvres d'art

Art Alerte, un nouveau-né québécois très prometteur

Le système Art Alerte, mis au point par deux sergents-détectives québécois pour aider à retracer les oeuvres d'art volées semble bien accueilli sur la scène internationale.

Le quotidien Le Devoir rapporte en effet mardi que le service de police britannique Scotland Yard a l'intention d'adopter cet outil interactif et qu'Interpol, l'organe policier international, s'apprête à revoir son propre mode de fonctionnement, en tenant compte des données d'Art Alerte.

Tableau de Riopelle (archives)

L'apport du Québec
Citant le sergent-détective Alain Lacoursière, pilier du programme et enquêteur au sein de la police de Montréal, le journal ajoute que le Bénin, qui accueillera le prochain sommet africain du Conseil international des musées, a aussi fait appel à l'escouade virtuelle québécoise pour aller éventuellement former policiers et législateurs.

Alertes simultanées
Le système fonctionne par le biais d'alertes envoyées simultanément par courrier électronique à des milliers de destinataires susceptibles d'aider les policiers dans leurs enquêtes. Les courriels contiennent les caractéristiques des oeuvres volées et d'autres informations cruciales telles que le modus operandi des voleurs.

Taux de récupération accru
Moins de huit mois après sa naissance, Art Alerte rejoint 26 000 personnes et affiche un taux de récupération des oeuvres volées de 15 %, soit un progrès de 5 à 7 %, d'après le détective Lacoursière. C'est le côté léger, interactif et souple du système qu est la clef de son succès, ainsi que l'ampleur de la liste d'envoi des données.

Notons qu'en trois ans de travail, le détective et son équipe ont pu recenser 4000 oeuvres volées au Québec.