Aller au contenu principal

L’espoir renaît en vue d’une réouverture de l’usine Arbec à Port-Cartier

Scierie Arbec, du groupe Remabec, dont le siège social est à La Tuque (archives) Photo : Radio-Canada

L'usine de sciage Arbec de Port-Cartier vise une réouverture de l'usine au mois de septembre.

L'entreprise ne veut toutefois pas officialiser la réouverture par souci de prudence, puisque certains éléments restent à confirmer, comme des ententes pour l'acheminement du bois vers la scierie.

Le directeur de l'usine, Tony Chabot, se dit toutefois très optimiste.

Produits de l'usine Arbec (archives) Photo : Radio-Canada

Pour le maire de Port-Cartier, Alain Thibault, l'avenir de l'industrie du bois à Port-Cartier passe par la réalisation du complexe intégré qui permettrait notamment de transformer les sous-produits en biocarburant. Sa construction est toutefois en difficulté et se trouve au coeur d'un litige.

Alain Thibault se dit heureux de la volonté d'Arbec, même s'il admet que l'usine ne reprendrait pas ses activités à 100 %.

C’est un très grand pas en avant, une très bonne nouvelle, estime-t-il. C’est malheureux que tous les employés ne soient pas rappelés et je suis très sensible à ça. Mais c’est bien certain que l’économie locale en profiterait.

La fermeture de l'usine en décembre dernier avait été un coup dur pour Port-Cartier, puisque 280 personnes s'étaient retrouvées sans emploi.

La chute de la demande des copeaux de bois, depuis la fermeture de la papetière Produits forestiers Résolu de Baie-Comeau, avait été évoquée. Les sous-produits s'accumulaient donc dans les installations d'Arbec.

Copeaux destinés aux usines de pâtes et papiers (archives). Photo : Radio-Canada

L'entreprise réfléchit maintenant à l'exportation des copeaux par navire et à l'augmentation de sa capacité de stockage.

Les gens d’Arbec en expédient [par camion] à Trois-Rivières et La Tuque, mais c’est beaucoup trop loin, explique le maire. Ils travaillent beaucoup sur la possibilité d'expédier les copeaux outre-mer. Ils sont en train de tout mettre ça en place.

Par ailleurs, les coupes de bois ont déjà repris au nord de Port-Cartier en vue d'approvisionner la scierie dès sa relance espérée.

Nous avons tenté sans succès de parler au syndicat Unifor.

Avec les informations de Djavan Habel-Thurton

Publicité
​Publicité