Aller au contenu principal

Les membres de l'APTS en grève lundi et mardi

Les membres de l'APTS comptent observer deux autres journées de grève les 21 et 22 juin. Photo : Radio-Canada/Camille Lacroix-Villeneuve

Les quelque 60 000 membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux comptent observer une grève générale lundi et mardi.

Les membres de l'APTS ont déjà tenu deux journées de grève les 7 et 8 juin.

L’APTS qui représente 1850 membres en Abitibi-Témiscamingue veut dénoncer la lenteur des négociations du secteur public pour le renouvellement de leur convention collective.

Les professionnels et les techniciens du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue et des laboratoires CUSM tiendront des piquets de grève dans plusieurs établissements de soins de la région.

Selon la représentante nationale de l’APTS pour la région, Claudie Beaudoin, le gouvernement est fermé aux demandes du syndicat pour les questions salariales, le recrutement et la rétention du personnel.

Si je prends les centres jeunesse, on demande certaines primes pour attirer et retenir les gens d'expérience. On a de la difficulté à recruter des psychologues dans le réseau, ils préfèrent travailler au privé. Il y a certaines primes qui sont dans la convention collective, on souhaite leur bonification et le gouvernement de son côté souhaite plutôt augmenter le nombre d'heures de travail par semaine des psychologues du réseau. Ce n’est pas quelque chose qui va être attractif, pour nous c'est un recule pour les conditions de travail, dénonce la responsable syndicale.

On a vraiment beaucoup de demandes, les primes Covid et le gouvernement est fermé à ça depuis le début de la pandémie. Pour l'instant avec ce qu'il y a sur la table, ce n'est pas suffisant pour aller présenter ça en assemblée il n’y a pas la possibilité de s'entendre, indique Claudie Beaudoin qui assure que les négociations se poursuivent toujours.

Les membres de l'APTS représentent plusieurs types d'emplois, dont des techniciennes en assistance sociale, des psychologues ou encore des techniciennes en imagerie médicale.

Ils assureront toutefois le service minimum pendant la grève.

Publicité
​Publicité