Aller au contenu principal

Reprise des négociations entre ArcelorMittal et les Métallos

Le 20 mai dernier, un premier retour à la table de négociation s’était soldé par un échec (archives). Photo : Radio-Canada/Marc-Antoine Mageau

Le Syndicat de Métallos et ArcelorMittal vont reprendre les négociations dès jeudi, en vue d’arriver à une entente de principe sur le renouvellement de la convention collective des quelque 2500 employés de la minière sur la Côte-Nord.

Si elle était adoptée, une entente négociée mettrait ainsi fin au conflit de travail qui touche les employés d’ArcelorMittal de Fermont, de Fire Lake et de Port-Cartier, en grève générale illimitée depuis le 10 mai dernier.

La séance se fera sous la supervision d’un conciliateur nommé par le gouvernement du Québec.

La question des salaires, des primes et des régimes de retraite est au cœur du désaccord entre les deux parties.

Le coordonnateur du Syndicat des Métallos pour la Côte-Nord, Nicolas Lapierre, espère qu’une entente sera conclue avec la partie patronale.

C’est sûr qu'il ne faut pas s’emballer trop vite. C’est notre deuxième retour à la table, le premier n’ayant pas été fructueux, mais en même temps, on va se présenter là avec toute la diligence et la collaboration possible pour essayer d’en venir à une entente. C’est notre objectif, explique M. Lapierre

Nicolas Lapierre entrevoit des discussions productives lors de ce retour en négociation (archives). Photo : Radio-Canada/Marc-Antoine Mageau

De son côté, ArcelorMittal n’a pas voulu commenter le retour à la table de négociation pour le moment.

Par voie de communiqué, la minière réitère toutefois les conséquences du prolongement de la grève sur l’économie régionale et sur celle du Québec dans son ensemble.

Publicité
​Publicité