Aller au contenu principal

Les variants du coronavirus suscitent l’inquiétude à Regina et ses environs

La SHA indique que les variants, et en particulier le variant britannique, prennent de plus en plus d'ampleur dans la province et demande une offensive pour endiguer leur propagation. Photo : Radio-Canada/Trevor Bothorel
Un texte de Jean-Baptiste Demouy

L’augmentation de la transmission communautaire des variants de la COVID-19 dans la région de Regina, pousse les autorités sanitaires à demander aux résidents de prendre des précautions supplémentaires.

Selon les autorités, 70 cas de variants du coronavirus sont recensés dans la province dont 62 dans la capitale.

Le gouvernement exhorte notamment  à la prudence les personnes âgées de plus de 50 ans malgré l’allègement des mesures sanitaires depuis mardi. Les autorités ont, entre autres, annoncé l’élargissement de la bulle sociale à deux ou trois foyers jusqu’à un maximum de 10 personnes pour les rassemblements privés.

Les autorités sanitaires conseillent à ces personnes de conserver la bulle sociale qu’ils ont actuellement.

Il est également conseillé aux résidents de privilégier les déplacements essentiels, de rester chez eux et de se faire tester en cas de symptômes ou de contact avec quelqu’un présentant les symptômes, même légers, de la maladie.

Les recommandations habituelles comme le lavage fréquent des mains, la distanciation physique ou encore le port du masque dans les espaces publics restent également de mise.

Les autorités sanitaires affirment qu’elles vont continuer à suivre de près, et ce, pour les deux ou trois prochains jours, la situation concernant les variants. Si le nombre de cas continue d'augmenter, de nouvelles mesures pourraient être annoncées la semaine prochaine.

La SHA demande plus de restrictions pour contrer la propagation

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) organise chaque semaine une rencontre virtuelle à l’attention des professionnels de la santé.

Le rapport de la dernière rencontre du jeudi 11 mars demande notamment qu’une stratégie offensive soit mise en place pour endiguer la propagation des variants dans la province. Il y aurait, selon le rapport, des preuves d’une augmentation de cas graves de la maladie menant à une hospitalisation ou à la mort.

La SHA note que la Saskatchewan reste la province qui recense le plus grand nombre de cas pour 100 000 habitants au pays, et que la transmission risque fortement d’augmenter, notamment à cause des variants.

Cette semaine, il y a eu un inversement de la courbe de transmission. Il y a désormais une hausse exponentielle des cas avec un taux de tests bas, et un taux de positivité élevé qui est préoccupant.

Extrait du rapport de la rencontre du 11 mars de la SHA

Lors d’une conférence de presse vendredi, un médecin hygiéniste de la SHA, le Dr Maurice Hennink, indique qu’il semble que des variants ont notamment été détectés dans des lieux d'éclosion, dans les écoles et les centres de soins de longue durée, entre autres.

Le médecin hygiéniste estime que les variants prenent de plus en plus d’ampleur à Regina, ce qui le pousse à demander à tous les Réginois d’éviter les déplacements à l’extérieur de la ville afin d'en limiter la propagation.

Les experts sonnent l’alarme

Le professeur adjoint au Collège de médecine de l'Université de la Saskatchewan, le Dr Kyle Anderson, tout comme l’épidémiologiste à l'Université de la Saskatchewan, le Dr Nazeem Muhajarine, se sont dits surpris, même abasourdis par les annonces du gouvernement provincial mardi.

Le Dr Kyle Anderson pense notamment que si l’allègement des mesures sanitaires provoque une augmentation des cas, ce sont les travailleurs vulnérables et de première ligne qui seront touchés. Entre autres, les travailleurs de la santé et les enseignants.

Le Dr Nazeem Muhajarine craint, de son côté, une augmentation de la transmission dans la province avec les déplacements des citoyens, notamment vers Saskatoon.

Le variant britannique s’ancre déjà, surtout à Regina, et le variant sud-africain est préoccupant. C’est un cocktail qui se propage dans notre province et qui pourrait devenir la troisième vague qui nous inquiète tant.

Dr Nazeem Muhajarine, épidémiologiste à l'Université de la Saskatchewan

Lla directrice générale du Réseau canadien de génomique COVID-19, la Dre Catalina Lopez Correa, indique qu’il a été observé que le variant britannique est notamment plus contagieux, en entrevue à l'émission Pour faire un monde.

Le variant, principalement en cause à Regina, serait aussi 64 % plus mortel, selon une étude anglaise parue mercredi, souligne la directrice exécutive.

Plus il y aura de cas issus de variants, plus la possibilité que de nouveaux variants se développent est forte. Il faut donc avoir une politique sanitaire stricte et vacciner aussi vite que possible pour faire baisser le nombre de cas.

Dre Catalina Lopez Correa, directrice générale du Réseau canadien de génomique COVID-19

Le Dr Nazeem Muhajarine pense qu’un confinement à court terme de deux ou trois semaines pour Regina et ses environs pourrait être une solution pour endiguer la propagation des variants dans la région.

Avec les informations de Mercia Mooseely et de Gregory Wilson

Publicité
​Publicité