Aller au contenu principal

Multiplication des cas de COVID-19 à Manawan

Dix cas ont été diagnostiqués depuis dimanche

Le centre Masko-Siwin est la porte d'entrée du système de santé pour les Attikamekw de Manawan Photo : Radio-Canada

En quelques jours, la communauté Atikamekw, épargnée par la première vague de COVID-19, a été frappée durement, à tel point que les écoles sont fermées jusqu’au 20 novembre et qu’un couvre-feu a été mis en place.

Manawan est passé de deux cas confirmés dimanche à dix cas jeudi soir. Une des personnes a été amenée à l'hôpital de Joliette par mesure préventive.

Pour le moment, je ne suis pas inquiet mais j'attends les résultats de ceux qui ont passé les tests hier. Quarante-huit heures d'attente, c'est long, indique le vice-chef du Conseil des Atikamekw de Manawan Sipi Flamand. Car considérant la surpopulation dans les maisons, davantage de cas deviendrait préoccupant.

Une clinique de dépistage sans rendez-vous a été mise en place depuis mardi et la communauté est invitée à s'y présenter.

La question du dépistage a d'ailleurs été soulevée lors d'une rencontre téléphonique pour faire le point de la situation avec le ministre des Affaires autochtones Ian Lafrenière.

Le Conseil espère avoir les tests de dépistage rapide de la COVID-19 promis par Québec à certaines communautés autochtones, puisque Manawan est un centre considéré comme éloigné, précise Sipi Flamand.

Dans le but d’éviter la propagation, plusieurs mesures ont été prises. La communauté est fermée à tout visiteur. Les habitants ne peuvent pas en sortir non plus, à moins d’une urgence, et doivent rester confinés.

Toutes demandes d’exception seront refusées, a prévenu le Conseil des Atikamekws de Manawan dans un communiqué. La guérite permettant de contrôler les entrées et sorties est d’ailleurs toujours en place. 

De plus, le Conseil des Atikamekw de Manawan a décrété un couvre-feu de 23 h à 7 h tous les soirs jusqu’au 23 novembre. 

En raison de la multiplication des cas de COVID-19, les deux écoles, qui devaient être fermées pour une semaine, vont l’être une semaine de plus, soit jusqu’au 20 novembre. 

Les services éducatifs avaient déjà prévu le coup et acheté depuis mai 500 tablettes et ordinateurs pour permettre l’école à la maison aux 430 élèves du primaire et 240 du secondaire. Ces outils informatiques doivent être distribués sous peu. 

Les élèves avaient déjà beaucoup perdu avec la première vague quand on a fermé en mars, on ne voulait pas revivre cela. Mais c’est vraiment la première fois que l’on vit ce genre de situation, on n’est pas prêts à 100 % mais on va s’ajuster, indique la directrice des services éducatifs Annette Dubé-Vollant. 

Saluant le travail de tous, elle est persuadée que Manawan pourra relever le défi. On s’attendait que la COVID allait entrer à un moment donné (…). On est inquiets, mais ça amène les gens à réfléchir encore plus sur le respect des consignes même si on faisait déjà très attention

On va casser le virus de l’intérieur.

Annette Dubé-Vollant

Confinée, elle est en attente de son résultat. Sa mère de 87 ans devait aller se faire dépister le matin mais elle a rebroussé chemin car il y avait trop de monde, preuve que la population prend au sérieux la situation, précise Mme Dubé-Vollant.

Publicité
​Publicité