Aller au contenu principal

La C.-B. surestime l'étendue de ses forêts anciennes, selon un rapport

Andrea Inness, membre de l'Ancient Forest Alliance, se tient au centre d'un groupe d'épinettes de Sitka et d'érables à grandes feuilles dans un bocage du secteur de Port Renfrew.  Photo : Ken Wu/ Ancient Forest Alliance
Un texte de Adrien Blanc

Les forêts dont certains arbres dépassent la hauteur de 20 m représentent moins de 1 % des 57 millions d'hectares de forêt en Colombie-Britannique, selon des chercheurs canadiens.

La forêt britanno-colombienne compte 23 % de forêt ancienne, selon le gouvernement provincial, c'est-à-dire un écosystème forestier âgé de plus de 140 ans en milieu sec et de plus de 250 ans en milieu humide.

Or, les chercheurs Karen Price et Dave Daust, du centre de recherche Bulkley Valley, et la consultante en conservation Rachel Holt remettent en cause l'idée que l'on se fait des ces forêts anciennes.

Seulement 1 % des forêts sont des forêts anciennes comme on les imagine.

Rachel Holt, biologiste, Veridian Ecological Consulting

Si, selon eux, le grand public perçoit les forêts anciennes comme des forêts d'arbres géants, en réalité, près de 80 % des forêts anciennes de la Colombie-Britannique sont constituées de petits arbres, comme les épinettes noires, selon leur rapport publié en avril.

Ainsi, seulement 380 000 ha de forêt britanno-colombienne comptent encore des arbres qui ont dépassé ou dépasseront la taille de 20 m après l'âge de 50 ans. Ils estiment que 35 000 ha ont dépassé ou dépasseront les 25 m après cet âge de référence.

Or, les arbres anciens les plus grands sont les meilleurs garants de la biodiversité, rappellent les chercheurs. Ces arbres abritent des écosystèmes complexes qui fournissent de l'eau, de la nourriture, des matériaux de construction, un environnement culturel et spirituel ainsi qu'un potentiel touristique aux populations locales, dont de nombreuses Premières Nations.

Ils sont irremplaçables.

Rachel Holt, biologiste, Veridian Ecological Consulting

L'an dernier, le gouvernement de la Colombie-Britannique s'est engagé à protéger 54 arbres centenaires ainsi que 1 hectare de forêt autour de chacun d'eux.

Trois quarts des vieux arbres géants courent toujours le risque d'être abattus, selon Rachel Holt. On ne protège pas les meilleures forêts anciennes dans ces régions-là, dit-elle.

Une réforme en vue

Le gouvernement doit imposer un moratoire sur l'exploitation forestière là où les forêts anciennes sont les plus à risque, affirment les chercheurs.

Le ministre des Forêts de la Colombie-Britannique, Doug Donaldson, dit qu'il respecte les auteurs et qu'il prend le problème au sérieux.

Il note qu'une version précédente de cette étude a été envoyée à un panel d'experts sur les forêts anciennes constitué l'an dernier par son ministère et que celui-ci lui a remis son rapport le mois dernier.

Les deux membres du panel, Al Gorley et Garry Merkel, disent avoir mené 200 réunions dans 36 communautés, et avoir reçu 300 contributions écrites et 18 000 réponses à un sondage en ligne.

Le ministre affirme que les conclusions du panel vont être communiquées aux Premières Nations pour un discussion de gouvernement à gouvernement avant d'être partagées avec d'autres groupes et avec le public.

Ailleurs sur le web :

Avec les informations de Rafferty Baker

Publicité
​Publicité