Aller au contenu principal

Des centaines de comptes de vedettes de la porno supprimés sur Instagram

Plusieurs personnes travaillant dans l'industrie du sexe dénoncent les doubles standards d'Instagram. Photo : Radio-Canada
Radio-Canada avec BBC News

Cette année seulement, les comptes de centaines d’actrices et acteurs pornographiques ainsi que de travailleurs et travailleuses du sexe ont été supprimés par Instagram, selon ce que rapporte BBC News. Plusieurs de ces personnes dénoncent les doubles standards de l’entreprise, qui serait bien plus permissive pour les comptes des célébrités plus grand public.

« Je devrais être en mesure de bâtir mon compte Instagram sur celui de Sharon Stone ou sur n’importe quel profil vérifié, mais la vérité, c’est que si je faisais cela, on supprimerait mon compte », a affirmé à BBC News Alana Evans, présidente de l'Adult Performers Actor Guild, qui se bat pour que les vedettes du X puissent rester sur la plateforme. 

Le groupe dirigé par Mme Evans a dressé une liste de plus de 1300 personnes travaillant dans l'industrie du sexe qui affirment que leur compte a été supprimé par les gens responsables de la modération de contenu publié sur Instagram pour violation des normes de la communauté, et ce, malgré que les comptes ne montrent aucune nudité ou aucun acte sexuel. 

« Ces personnes nous discriminent parce qu’elles n’aiment pas ce que l’on fait comme métier », a ajouté Mme Evans.

Le groupe a rencontré des représentants et représentantes d’Instagram en juin dernier. Cette rencontre a porté fruit, et l’entreprise a instauré un nouveau système d’appels pour les comptes retirés. Toutefois, au courant de l’été, les pourparlers ont pris fin, et les comptes de plusieurs acteurs et actrices ont continué à être supprimés.

La goutte qui a fait déborder le vase

Mme Evans a été particulièrement contrariée par le retrait du compte de l’actrice porno Jessica Jaymes, après son décès, en septembre dernier. 

« Quand j’ai vu que le compte de Jessica avait été supprimé, mon cœur a chaviré. C’est la goutte qui a fait déborder le vase », a-t-elle affirmé en entrevue avec BBC News.

Le compte, qui est suivi par plus de 900 000 personnes, a par la suite été réintégré à Instagram. 

Vers la fin de 2018, selon les personnes qui se sont exprimées, un individu ou un groupe d’individus a lancé une campagne coordonnée afin de signaler des comptes Instagram, avec l’intention claire de les faire retirer. 

Le tout était suivi par de l’intimidation et du harcèlement, sous la forme de messages abusifs. Une personne anonyme – connue dans l’industrie comme « Omid » – se vantait régulièrement d’être personnellement responsable de la fermeture de plus d’une centaine de comptes.

Cette publication anodine a été retirée par Instagram en raison d'une prétendue violation des normes de la communauté. Photo : Capture d'écran Instagram

L’actrice porno Ginger Banks, qui est également activiste pour les droits des travailleurs et travailleuses de l’industrie du sexe, a été l’une des premières cibles de cette campagne. 

« Lorsque tu mets du temps et des efforts pour bâtir un compte avec plus de 300 000 abonnés et abonnées, et qu’il se fait supprimer, tu te sens défaite. Même si tu suis les règles, ton compte est supprimé. C’est frustrant », a-t-elle affirmé en entrevue avec BBC News.

Mme Banks affirme que le fait de retirer ces comptes des réseaux sociaux est une autre façon de marginaliser les membres de l’industrie en leur retirant leur principal moyen de promotion. 

« Les personnes qui signalent nos comptes ne comprennent pas comment cela affecte nos revenus, ou elles n’en ont rien à faire. Elles pensent que nous ne devrions pas faire ce travail ou qu’il ne devrait pas exister. »

Une révolution dans l’industrie de la pornographie

La révolution technologique qui a transformé l’industrie de la pornographie a ouvert de nouveaux canaux de communication et a permis à plusieurs personnes y travaillant d’opérer indépendamment, à l’aide de webcams, de services d’abonnement et de plateformes personnalisées. La plupart utilisent Instagram pour se mettre en valeur et promouvoir leur marque personnelle. 

Les boîtes de production de contenu adulte se basent souvent sur le nombre d’abonnés et d’abonnées sur Instagram pour établir leur distribution. Lorsqu’une personne du milieu voit son compte être supprimé, elle perd l’accès à ses admirateurs et admiratrices ainsi qu'aux contacts de l’industrie, ce qui a une incidence significative sur ses revenus.  

Bien sûr, plusieurs publications laissent peu de place à l’imagination, mais les personnes concernées affirment que les directives d’Instagram sont vagues et que leur application est inconsistante.

Des règles vagues et appliquées de façon inconsistante 

Elles avancent que d’autres célébrités qui n’évoluent pas dans l’industrie adulte sont autorisées à être bien plus explicites sur leur compte que les vedettes du X ou les gens qui travaillent dans l'industrie du sexe, sans être sanctionnées. 

« Je n’ai jamais publié d’images explicites sur Instagram, mais même une photo de moi en leggings pourrait être extrêmement provocatrice pour quelqu’un, et susceptible d’être signalée, ajoute Ginger Banks. Nous laissons ces entreprises décider de ce qui est de l’art et ce qui est de la pornographie, et elles nous punissent. 

Réponse de Facebook (propriétaire d'Instagram)

Un porte-parole de Facebook, qui détient Instagram, a affirmé à BBC News : « Avec une communauté aussi diversifiée, nous devons mettre en place des règles autour de la nudité et de la sollicitation sexuelle afin de nous assurer que le contenu est approprié pour tout le monde, particulièrement pour les jeunes. »

« Lorsqu’un contenu qui brise ces règles nous est signalé, nous agissons. Nous donnons l’occasion aux internautes de faire appel de notre décision et nous réintégrons le compte s’il a été supprimé par erreur », a-t-il ajouté.

Publicité
​Publicité