Aller au contenu principal

Itinérance zéro ne réduira pas ses services à Gatineau pour le moment

La roulotte de l'organisme Itinérance zéro (archives). Photo : Radio-Canada/Rachel Gaulin
Un texte de Dereck Doherty

Contrairement à ce qui était envisagé, l’organisme Itinérance zéro, qui distribue des repas et des vêtements aux personnes en situation d'itinérance, ne réduira pas ses activités.

Malgré un essoufflement manifeste et un manque de soutien financier adéquat, Itinérance zéro a choisi de maintenir ses trois soirées de distribution de nourriture dans le secteur de Hull en plus de sa distribution du mercredi dans le quartier Notre-Dame.

Grâce au dévouement de nos bénévoles, nous parvenons à faire des miracles avec le peu de ressources dont nous disposons, a affirmé Benoit Leblanc, fondateur du mouvement citoyen, dans un communiqué de presse publié sur les réseaux sociaux.

Solution « temporaire »

M. Leblanc précise lors d'un entretien téléphonique qu'une bénévole a réussi à conjuguer son emploi et le temps qu'elle accorde à l'organisme. La distribution des repas peut donc continuer, mais Benoit Leblanc avertit qu'il ne s'agit que d'une solution temporaire.

C'est temporaire dans le sens que la charge de travail pour une personne, c'est énorme.

Benoit Leblanc, fondateur, Itinérance zéro

La quantité de nourriture à traiter les bénévoles est passé de 30 à 40 repas par sortie lors de la formation de l'organisme il y a cinq ans à 400 à 500 repas par semaine de mars 2018 à mars 2019, indique M. Leblanc.

14 355 repas servis

Depuis sa fondation, Itinérance zéro a distribué pas moins de 14 355 repas à l’échelle de la ville de Gatineau. Malgré cet effort, l’organisme envisage l’avenir avec incertitude. Nous nous questionnons toutefois sur la viabilité à long terme de l’organisation, puisque la charge de travail augmente sans cesse. Nos bénévoles sont épuisés!

Ben Leblanc, fondateur d’Itinérance Zéro. Photo : Radio-Canada/Yasmine Mehdi

La pauvreté, ce n'est pas de 8 h à 16 h. Ils sont là la fin de semaine, ils sont là les jours fériés, souligne M. Leblanc. On est toujours sur le terrain, on a une distribution le jour même de Noël.

L’organisme dépend actuellement de dons ponctuels de citoyens et de commerçants, faute d’obtenir du financement des gouvernements.

En attente d’une réponse du CISSS

Par ailleurs, Itinérance zéro indique être en attente d’une accréditation du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l’Outaouais depuis décembre.

Sans cette entente avec entre l’établissement et l’organisme, ce dernier n’est pas admissible aux subventions qui découlent de programmes comme le Programme de soutien aux organismes communautaires.

On ne peut pas faire de demande de subvention nulle part, parce que le premier critère, c'est l'accréditation au CISSS.

Benoit Leblanc, fondateur, Itinérance zéro

Itinérance zéro plaide qu’un financement récurrent d'environ 40 000 $ permettrait d’embaucher un employé permanent, ce qui pourrait mieux soutenir le travail des bénévoles et également ouvrir la voie à des ressources supplémentaires par le biais de programmes d’employabilité.

Une rencontre est prévue au courant de l'été avec l'organisme Itinérance zéro, a confirmé de son côté l'agente d'information Marie-Pier Després du CISSS de l'Outaouais dans un courriel.

Elle a indiqué qu'aucun nouvel organisme n'a été reconnu au cours des deux dernières années et que le Centre sera en processus de statuer sur la demande [d'Itinérance zéro] prochainement.

Publicité
​Publicité