Aller au contenu principal

Le premier ministre Legault rencontre l’APNQL

Le premier ministre François Legault avec, à gauche sur la photo, le grand chef de la Nation Huronne-Wendat de Wendake, Konrad Sioui, et à droite, le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard Photo : Radio-Canada

Une rencontre entre l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador et le premier ministre François Legault a eu lieu vendredi à Wendake, près de Québec.

Pendant la rencontre qui a duré deux heures, aucun dossier n'a été discuté en détail. Il s'agissait plutôt d'une rencontre de « courtoisie » pour établir la relation entre le nouveau gouvernement et les chefs des Premières Nations.

Le mode de négociation pour les futures discussions a aussi été abordé. La forme que prendront les prochaines discussions restent à déterminer.

François Legault a aussi pu expliquer aux chefs sa position sur le projet éolien Apuiat.

Le premier ministre du Québec, François Legault Photo : Radio-Canada

Je veux trouver avec vous des projets, mais il faut que ce soit des projets qui soient utiles. Il n'y aura pas de premier ministre qui va en faire plus que moi pour augmenter les exportations d'électricité, ce qui pourrait peut-être, à moyen terme, permettre même au projet Apuiat de se faire, affirme avoir expliqué François Legault.

Le chef de la communauté innue d'Ekuanitshit, en Minganie, Jean-Charles Piétacho Photo : Radio-Canada

Le chef de l'Association des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, affirme que cette première rencontre donne bon espoir de développer une relation de confiance avec le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Toutefois, la gestion de nombreux projets sur la Côte-Nord par la CAQ, comme le projet de parc éolien Apuiat, pourrait avoir un grand impact sur cette confiance des Premières Nations à l'égard de François Legault.

Le chef de l'Association des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard Photo : Radio-Canada

Il parle de construire de nouveaux barrages, mais en même temps, il parle de surplus d'électricité, note Ghislain Picard. Il faut trouver le juste milieu. C'est clair qu'il y a des communautés qui disent aussi qu'[elles] ont vu beaucoup de barrages par le passé sur les territoires qui nous appartiennent avec aucune forme de compensation à ce jour.

L'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador et François Legault ont prévu de se rencontrer de nouveau au début de l'année 2019.

Avec les informations de Laurence Royer

Publicité
​Publicité