Aller au contenu principal

Six ultramarathons en six jours pour les militaires et vétérans blessés

Keven Martel effectue six ultramarathons en six jours pour les militaires et vétérans blessés des Forces armées canadiennes. Photo : Radio-Canada

Un ancien militaire, Keven Martel, s'est donné pour défi de courir six ultramarathons en six jours pour amasser des fonds pour venir en aide aux militaires et aux vétérans blessés des Forces armées canadiennes.

Il a commencé sa course dimanche lors du jour du Souvenir. Il est parti de la base militaire de Saint-Jean-sur-le-Richelieu et compte se rendre à la base militaire de Valcartier vendredi.

Keven Martel est arrivé peu après 13 h au Manège militaire de Trois-Rivières après avoir parcouru plus de 60 kilomètres.

En tout, il aura parcouru plus de 360 kilomètres en six jours pour amasser des fonds pour le programme Sans limites qui vient en aide aux militaires et aux vétérans blessés.

J'avais un vent de face tout le long, alors c'était vraiment vraiment difficile. Je suis fatigué. J'ai quand même 240 kilomètres de courus depuis dimanche midi, affirmait M. Martel à son arrivée à Trois-Rivières.

L'ultramarathonien a servi pendant 14 ans dans les Forces armées canadiennes.

J'ai fait une mission en 2009, une dure mission, la mission justement qu'on avait perdue la caporale Karine Blais. En plus, quand je suis retourné après toute cette procédure-là, il a fallu que je termine ma mission en Afghanistan. Trois semaines après, j'ai roulé sur une mine avec mon véhicule blindé et j'ai été super chanceux de passer au travers, relate l'ex-militaire.

Keven donne aujourd'hui des conférences pour inspirer et motiver les gens à sortir de leur zone de confort.

C'est pour ça qu'aujourd'hui je fais ce que je fais. Moi, je suis quelqu'un qui sort constamment de sa zone de confort, tout le temps à essayer d'améliorer ma résilience, relate-t-il.

Steve Cloutier, un vétéran de l'armée qui accompagne Keven Martel dans son périple, connaît bien la cause pour laquelle il court.

Diagnostiqué avec le syndrome post-traumatique, il a lui-même bénéficié d'un programme comme celui de Sans limites.

Ça m'a aidé, c'est sûr et certain. Ça m'aide de voir aussi d'autres militaires qui sont comme moi, blessés, qui sont renfermés, puis ils veulent sortir de chez eux, mais ils savent pas comment, affirme M. Cloutier.

De son côté, Keven prépare déjà son prochain périple : celui de parcourir le Canada d'est en ouest, un trajet de plus de 10 000 kilomètres qui lui permettra sans doute de continuer à inspirer les gens sur son passage.

D'après un reportage de Laurence B. Lemaire

Publicité
​Publicité