Aller au contenu principal

Questionnaire de groupes environnementaux : la CAQ obtient la pire note

La Coalition avenir Québec dit oui à 2 des 23 demandes formulées par les organismes environnementaux. Photo : Radio-Canada/Mathieu Potvin

La Coalition avenir Québec est le parti qui répond le moins aux attentes des groupes environnementaux québécois, suivi de près par le Parti libéral du Québec, selon un document obtenu par Radio-Canada. Le Parti québécois se classe au deuxième rang, alors que Québec solidaire obtient la meilleure note.

Un texte de Julie Marceau

Il s'agit d'un des plus vastes exercices sur le sujet. À chaque élection, une coalition d’organismes demande aux formations politiques de répondre à un long questionnaire sur différents thèmes environnementaux. Cette année, les sujets abordés vont du développement de l’industrie pétrolière et gazière à la biodiversité, en passant par le budget alloué au ministère de l'Environnement.

Les formations politiques devaient répondre par « oui », « non » ou « en partie » aux questions préparées par des groupes comme Équiterre, la Fondation David Suzuki et Greenpeace.

Tous les partis interrogés ont suivi ces consignes, sauf un : la Coalition avenir Québec, dont les réponses ont dû être analysées à partir d’un document préparé par le parti, et non du logiciel rempli par les autres formations.

Sur 23 revendications, la CAQ acquiesce à deux demandes et oppose un refus à 12 autres.

En consentant à trois demandes sur 23, le Parti libéral n’est pas très loin derrière.

Le parti de François Legault refuse notamment d’éliminer les subventions aux combustibles fossiles et d’interdire la construction de nouvelles infrastructures pétrolières et gazières.

Même chose pour le PLQ, qui s’oppose toutefois à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste au Québec.

Des aires « économiquement » protégées

La CAQ est le seul parti à ne pas avoir un plan spécifique pour l’agriculture biologique et à refuser de s’engager à atteindre un taux de protection d'au moins 10 % des aires marines et 17 % des aires terrestres.

À cette question, le parti répond qu'il faut protéger la biodiversité en « gérant de façon responsable nos ressources naturelles et les activités économiques qui en dépendent ».

Le parti de François Legault s’engage par ailleurs à respecter les cibles actuelles de réduction des gaz à effet de serre (engagement pris durant la campagne) soit une diminution d’au moins 37,5 % des GES d’ici 2030.

La CAQ garantit aussi qu’elle adopterait un plan de transition vers une économie sobre en carbone. Le parti de François Legault dit miser sur l’hydroélectricité et des projets de transport en commun pour y parvenir.

Budget environnement : la CAQ se contredit

Dans ses réponses aux questionnaires du collectif, que Radio-Canada a consultées, la CAQ évoque une hausse du budget du ministère de l’Environnement afin qu’il puisse « continuer à exercer pleinement sa mission avec les moyens nécessaires mis à sa disposition ».

Or, lors du dévoilement de son cadre financier samedi, le parti a clairement indiqué que seules les enveloppes des ministères de l’Éducation et de la Santé seraient globalement bonifiées.

Sur cette question, le PLQ rappelle que le gouvernement Couillard a déjà haussé ce programme « de près de 30 % » dans son dernier exercice budgétaire.

Le Parti québécois et Québec solidaire assurent qu’ils feraient du budget de l’Environnement une priorité, sans chiffrer cet engagement toutefois.

Un ministère du Climat, de l’Énergie et de l’Environnement sous le PQ

Le Parti québécois créerait un « ministère du Climat, de l’Énergie et de l’Environnement » et mettrait sur pied un « comité interministériel sur le virage vert ».

Québec solidaire donnerait au ministère de l’Environnement « les moyens de faire respecter les lois et règlements sous sa responsabilité ».

Les deux engagements de plus de Québec solidaire

Alors que les formations politiques étaient invitées à ajouter des promesses, seul Québec solidaire s’est prêté à l’exercice.

On apprend notamment qu’un gouvernement solidaire protégerait « l’eau » québécoise en lui conférant un statut particulier de « bien commun ».

Le parti s’engage aussi à mieux gérer les matières résiduelles au Québec.

Les 11 groupes environnementaux formant la coalition

  • Équiterre
  • Fondation David Suzuki
  • Greenpeace
  • Nature-Québec
  • Réseau national des Conseils régionaux de l’environnement du Québec
  • Réseau vigilance hydrocarbure Québec
  • Société pour la nature et les parcs du Canada – Section Québec
  • Trajectoire Québec
  • Vélo Québec
  • Vivre en Ville
  • Fonds mondial pour la nature (WWF)
Publicité
​Publicité