Aller au contenu principal

Les journaux francophones en milieu minoritaire visent une meilleure présence en ligne

L'Association de la presse francophone compte aider ses journaux membres à prendre le virage numérique. Photo : iStock

Le virage numérique des journaux de langue française en milieu minoritaire retiendra l'attention des participants au Congrès national de l'Association de la presse francophone (APF) qui s'ouvre jeudi à Sudbury.

On doit absolument aller vers le numérique. Le journal papier demeure très important. Cependant, les utilisateurs du numérique sont de plus en plus nombreux, affirme le président de l’APF, Francis Sonier.

Les ressources nécessaires pour optimiser la présence en ligne font souvent défaut, selon le rédacteur en chef du journal L’Aquilon des Territoires du Nord-Ouest, Maxence Jaillet.

Le défi, pour nous, est d’avoir des collaborateurs capables de rendre disponible le contenu qu’ils produisent et que ça soit du contenu en texte, en audio et en images. C’est cette diversité-là que l’on veut apporter.

Maxence Jaillet, rédacteur en chef de L'Aquilon

Le virage est déjà amorcé à l’hebdomadaire L’Express de Toronto, mais selon son rédacteur en chef François Bergeron, la rentabilité du site web n’est pas assurée. Je ne peux pas dire que c’est payant, mais le journal papier est maintenant un best of du site web, fait savoir M. Bergeron.

Le président de l'APF, Francis Sonier.  Photo : courtoisie

L’APF compte épauler ses journaux membres dans ce processus qui devrait être terminé dans cinq ans. L’organisme entamera d’ailleurs cette année la création d’un portail national pour assurer la visibilité des contenus des journaux.

Il s’agit de s’assurer que tout le monde est prêt à son rythme et au rythme de la communauté également, note M. Sonier, en rappelant que certains coins du pays n’ont toujours pas facilement accès à Internet.

Une charte qui « produit des résultats »

L’APF s’est dotée en octobre dernier d’une Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire.

Selon M. Sonier, le document, conçu pour préciser le rôle d’un journal communautaire, est utile. Il aurait déjà été employé à trois occasions pour clarifier la relation qu’entretiennent les organismes et les journaux.

« On voit une sensibilité, ça démontre qu’il y avait un besoin », avance le président de l'APF.

Assurer un soutien gouvernemental

L’aide gouvernementale aux journaux en situation minoritaire sera également abordée au congrès.

Le Plan d’action pour les langues officielles dévoilé en mars par le gouvernement fédéral prévoit la création d’un fonds d’appui stratégique aux médias communautaires - journaux et radios - de 10 millions de dollars et le financement de stages dans ces médias à hauteur de 4,5 millions de dollars sur cinq ans.

La rédactrice en chef du Franco, Hélène Lequitte. Photo : Radio-Canada/Laurent Pirot

La rédactrice en chef et directrice du journal albertain Le Franco, Hélène Lequitte, doute que les sommes répondent aux besoins criants des journaux.

Ce qui manque surtout, c’est d’avoir les moyens d’embaucher des gens, que ce soit pour le marketing, des journalistes, pour pouvoir produire un travail et prendre le pouls des communautés. Il faudrait avoir un montant crédible.

Hélène Lequitte, rédactrice en chef et directrice du journal albertain Le Franco

Le congrès, qui s’achèvera samedi, sera jumelé aux célébrations du 50e anniversaire de l’hebdomadaire Le Voyageur de Sudbury.

Publicité
​Publicité