Aller au contenu principal

Céleste, l'application de mobilité intégrée dont rêve la STM

La STM voudrait que tous les services de transport en commun soient regroupés dans l'application Céleste. Photo : Radio-Canada/Jérôme Labbé

Bus, métro, Bixi, covoiturage, taxis... La Société de transport de Montréal (STM) souhaite développer une nouvelle plateforme numérique qui intégrerait tous les types de transport et qui faciliterait le paiement des déplacements, a annoncé mardi le président de son conseil d'administration, Philippe Schnobb. Et cette plateforme porte déjà un nom : Céleste.

Un texte de Jérôme Labbé

« Céleste, la plateforme de mobilité durable, bientôt sur vos écrans! » C'est ainsi que M. Schnobb a terminé son allocution mardi après-midi devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

La STM ne souhaite pas gérer toute seule la mobilité intégrée. Mais elle souhaite « jouer le rôle de catalyseur pour asseoir tous les joueurs autour de la même table », a fait valoir M. Schnobb.

Sans se commettre sur les services qui pourraient être intégrés au sein de la future plateforme, le numéro 1 de la STM a évoqué ceux déjà compatibles avec la carte OPUS – qui donne accès aux réseaux d'autobus, de métro et de train de banlieue du Grand Montréal –, mais aussi les véhicules en libre-service (VLS) de Communauto et de car2go, le système Bixi ainsi que les applications de Téo Taxi, du système de covoiturage Netlift et même celle de Stationnement de Montréal.

Des négociations sont déjà en cours depuis plusieurs mois, a révélé M. Schnobb. « Notre vision, c’est la création d’une plateforme unique où tous les joueurs de la mobilité durable seraient présents, autant les nouveaux joueurs du privé que ceux du public », a-t-il résumé.

Des applications intégrant plusieurs services de mobilité sont déjà disponibles sur le marché. Chrono, par exemple, inclut les trajets d'autobus, de métro et de train relevant d'exo – aussi connu sous le nom de Réseau de transport métropolitain (RTM) –, du Réseau de transport de Longueuil (RTL), de la Société de transport de Laval (STL) et, bien sûr, de la STM. L'application Transit, de son côté, réunit tous ses services, mais permet aussi d'appeler un chauffeur de la société Uber, de trouver la station de bixis la plus proche, de réserver un VLS de Communauto ou de profiter de son service Auto-mobile.

Faciliter le paiement des déplacements

La nouvelle plateforme dont rêve la STM serait différente de celles qui existent, déjà dans la mesure où elle faciliterait le paiement des déplacements par les usagers.

« On s’abonnerait une fois à un compte client on aurait accès à tout. On pourrait passer d’un mode à l’autre sans souci, avec une carte OPUS, un téléphone, une montre... La puce servirait uniquement d’identifiant », a expliqué M. Schnobb.

« Avec ce compte client, au lieu de payer avant de voyager comme aujourd’hui, on payerait après, a-t-il poursuivi. À la fin du mois, on vous facturerait en fonction de votre utilisation et on vous offrirait le tarif le plus bas. Plus besoin de calculer si c’est plus avantageux d’acheter 10 billets ou une carte mensuelle, on le calculerait pour vous pour vous offrir le meilleur tarif. Et si on veut rêver un peu, à terme on pourrait vous proposer des trajets alternatifs quand il pleut, vous prévenir à l’avance que le bus que vous avez l’habitude de prendre sera en retard, ou vous dire que le prochain bus est plein alors que celui qui suit trois minutes plus tard est presque vide. »

Aucune date concernant l'implantation de cet ambitieux projet n'a été présentée. « Mais pour moi, ce n'est pas un projet dont on parle pour 2025, c'est beaucoup plus rapide que ça », a déclaré M. Schnobb après la conférence, ajoutant que des essais sous forme de projets pilotes auraient lieu d'ici la fin de 2018.

La techno au service de l'expérience utilisateur

La STM a de plus en plus recours à des solutions technologiques pour améliorer l'expérience des usagers.

La lancement de son lecteur de carte OPUS à domicile a toutefois été la risée des réseaux sociaux, en 2015, plusieurs internautes jugeant cette technologie obsolète.

Depuis, la STM a aussi abandonné son application mobile qui permettait aux usagers de planifier leurs déplacements en transport en commun, recommandant plutôt aux usagers de se tourner vers Transit et Chrono.

Un autre système, iBus, a pris le relais depuis, mais six mois après son lancement, il est toujours en mode bêta, accessible uniquement via le site web ou mobile de la STM.

De toute façon, Philippe Schobb admet que ce n'est plus le rôle de la STM de coordonner l'ensemble des services de transport en commun du Grand Montréal, mais plutôt celui de l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). « Dans mon esprit, Céleste, ce n'est pas la STM qui le gère », a-t-il spécifié.

« On va avancer, et quand on sera prêts, l'ARTM s'intégrera aux discussions, mais ils ne sont pas rendus là encore, dans leur préparation », a mentionné M. Schnobb, précisant que le prochain plan stratégique de l'ARTM ne serait pas prêt avant 2020, voire 2021. « Si on attend avant de commencer, eh bien, il sera trop tard. Alors, commençons maintenant. L'ARTM sait ce que l'on fait. On ne leur fait pas de cachette de ce côté-là. Quand le gâteau sera prêt, on le servira à tout le monde. Mais là, on est en train de trouver la recette. »

Publicité
​Publicité