Aller au contenu principal

Radio-Canada va numériser et détruire 151 000 disques compacts

Plus de 150 000 disques compacts disparaîtront des archives de Radio-Canada, qui n'en conservera qu'une copie numérique. Photo : Radio-Canada/Pascale Fontaine

La Maison de Radio-Canada, à Montréal, s'installera dans de nouveaux bâtiments en 2020, et disposera de moins d'espace d'entreposage. La société d'État a donc décidé de numériser 151 000 disques compacts pour ensuite les détruire. Une très bonne nouvelle, soutient Radio-Canada. Explications.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

Dans les archives musicales de Radio-Canada reposent près de 207 000 disques compacts de musique commerciale. On y compte 151 000 titres uniques et 56 000 doublons.

Avant le déménagement prévu en 2020, tous ces supports physiques disparaîtront : « En ce qui concerne la musique, on s’en va dans un monde numérique, ça allait de soi », affirme Emmanuelle Lamarre-Cliche, première directrice pour le projet de la nouvelle Maison de Radio-Canada et responsable du Comité de gestion du patrimoine.

Elle ajoute que plusieurs disques compacts commencent déjà à se dégrader et que cette numérisation est une très bonne nouvelle.

Le diffuseur public conservera les disques qu'il a produit. Photo : Radio-Canada/Pascale Fontaine

Numérisation et destruction

La numérisation de 151 000 disques, incluant les pochettes et les livrets, a été entamée il y a un an et se poursuivra jusqu’en 2019. On procédera ensuite à une destruction écologique de ceux-ci, faute de pouvoir les entreposer ou les donner.

Une décision en partie financière pour Radio-Canada : « On ne peut pas donner des disques qu’on a numérisés sans libérer les droits d’auteurs au préalable », nous explique Mme Lamarre-Cliche.

La libération des droits de tout l’inventaire serait un travail important et dispendieux. Les frais pour un éventuel entreposage étaient aussi trop élevés pour justifier une telle opération, dit-on.

Mais avant de procéder à la destruction d’une telle collection, il faut s’assurer que tout soit fait selon les règles. Du côté de Radio-Canada, on dit que la question juridique a été longuement étudiée.

Certains disques seront donnés, d’autres conservés

En ce qui concerne les 56 000 doublons qui ne seront pas numérisés, et qui ne constituent donc pas une deuxième copie de l’original, ils seront donnés après un appel d’intérêt pour trouver un organisme à vocation culturelle ou éducative qui mettra ces disques à la disposition de la communauté.

Radio-Canada conservera tout de même plusieurs coffrets à éditions limitées. Dans la voûte aux mille et un trésors, on retrouve entre autres des coffrets de Pink Floyd, de Johnny Halliday, de Nana Mouskouri, de Luciano Pavarotti et des musiques de films de Jean-Luc Godard.

Des dizaines de coffrets spéciaux comme ceux de Pink Floyd, Barbara, Nana Mouskouri, Juliette Greco seront conservés. Photo : Radio-Canada/Pascale Fontaine

Décision critiquée

Ce virage numérique ne fait pas que des heureux. L'auteur-compositeur-interprète Michel Rivard estime ainsi qu'il s'agit d'une « très mauvaise nouvelle ».

Selon lui, c'est là « un pas de plus dans la dématérialisation de la culture ». L'artiste invite Radio-Canada à céder les disques « à ceux qui ont encore le respect de l'objet », ou encore aux bibliothèques publiques.

« Et s'ils font la même chose avec les vinyles... eh bien, qu'ils m'appellent! » lance-t-il.

Publicité
​Publicité