Les capsules de Découverte
Patinage artistique

Description

Pendant cinquante ans, le patinage artistique olympique a compris trois épreuves : hommes, femmes et couples. Aux Jeux de 1976 à Innsbruck, on a ajouté la danse sur glace.

Dans les trois épreuves originales, les concurrents doivent d'abord présenter un programme court - d'une durée maximale de 2 min 40 -, qui inclut huit éléments techniques exigés par l'Union internationale de patinage.

Le classement du programme court détermine l'ordre de présentation du plat de résistance, un programme libre - d'une durée de 3 min 50 à 4 min 10 chez les dames et de 4 min 20 à 4 min 40 chez les hommes et les couples -, qui consiste en une combinaison bien équilibrée de sauts, de pirouettes, de séquences de pas et de mouvements d'enchaînement.

Chez les couples, les partenaires doivent donner une impression d'unisson. Outre les sauts habituels, le répertoire des programmes en couple comprend des levées, des vrilles, des sauts lancés et des spirales de la mort.

La danse sur glace se différencie des autres épreuves en ce qu'elle est disputée en trois étapes : deux danses imposées, une danse originale (de 2 min 20 à 2 min 40) et une danse libre (de 3 min 50 à 4 min 10). Les sauts, pirouettes et levées au-dessus des épaules du patineur ne sont pas permis en danse.

Le système de notation du patinage artistique est particulier, car la note la plus basse et la note la plus haute ne sont pas éliminées, comme c'est le cas dans plusieurs autres sports. Les notes de chaque juge ont donc une incidence très forte sur le résultat.

Histoire

Le patinage artistique a précédé tous les autres sports d'hiver sur les podiums olympiques en faisant partie des Jeux d'été de Londres en 1908 et de ceux d'Anvers en 1920.

Une entrée facilitée par le fait que le patinage artistique était déjà bien structuré -l'Union internationale de patinage (ISU) a été créée en 1892 et le premier Championnat du monde a eu lieu à Saint-Pétersbourg en 1896- et très populaire dans les classes européennes les plus aisées.

Cependant, pour en arriver là, il a d'abord fallu qu'un Américain de Philadelphie, E. W. Bushnell, apporte une contribution technologique à ce qui n'était jusqu'alors que du patinage de fantaisie. En 1850, Bushnell a conçu et fabriqué les premiers patins équipés de lames d'acier, qui facilitaient l'exécution des vrilles, des virages et des sauts.

Si l'Américain Jackson Haines est universellement reconnu comme le père fondateur du style international de patinage artistique, des champions et des championnes n'ont pas tardé à apporter leur marque personnelle et durable avec des sauts qui portent toujours leur nom, ou en débordant des limites de leur sport, à devenir des célébrités à part entière.

Ce fut le cas du Norvégien Axel Paulsen, qui finit au troisième rang de la première compétition internationale tenue à Vienne en 1872, mais dont le nom est toujours vivant grâce à son saut typique : un envol à partir de la carre avant extérieure du patin. On peut penser aussi au Suédois Ulrich Salchow, premier médaillé d'or olympique (Londres 1908), qui a légué son nom à un saut dont l'envol se prend à partir de la carre arrière intérieure du pied traceur.

Installations

Le Salt Lake Ice Center, au centre-ville de Salt Lake City, accueillera les épreuves de patinage artistique et de patinage de vitesse courte piste. Construit en 1991, cet immeuble est le domicile du Jazz de l’Utah dans l’Association nationale de basket-ball (NBA). Situé à une altitude de 1305 mètres, le Salt Lake Ice Center peut accueillir 15 600 spectateurs.

Les athlètes canadiens


Droits d'auteur Abonnez-vous à notre cyberlettre olympique! Écrivez-nous! L'équipe de Radio-Canada à Salt Lake City retour en haut de la page
Horaire