Les capsules de Découverte
Ski de fond

Description

Le «pas de patin» ou «style libre», introduit par le fondeur américain Bill Koch au début des années 1980, a créé une véritable révolution technique dans le monde du ski de fond.

Jusqu'aux Championnats du monde de 1985, à Seefeld en Autriche, seule la technique classique était pratiquée en compétition. Dans le camp olympique, la distinction entre épreuves de style libre et de style classique a été introduite aux Jeux de Calgary, en 1988. Quatre ans plus tard, à Albertville, on a ajouté l'épreuve de poursuite, qui consiste en une course de style classique suivie d'une course de style libre, les concurrents prenant le départ de la deuxième à intervalles définis par leur performance dans la première.

Habituellement disputée sur deux jours, la poursuite sera courue en une seule journée à Salt Lake City. Pour ce faire, on a réduit la distance de la seconde portion de la poursuite, de 10 à 5 km chez les femmes et de 15 à 10 km chez les hommes. De plus, contrairement à ce qui se faisait auparavant, on n'attribuera pas de médailles pour la première des deux courses.

Le Comité international olympique (CIO) a approuvé l'ajout d'une épreuve de 1500 mètres sprint à partir des Jeux de Salt Lake City. Le 10 km classique femmes et le 15 km classique hommes, disputés pour la dernière fois en 1988, font également un retour. À compter de 2002, le programme du ski de fond olympique comprendra donc 12 épreuves : 1500 m sprint femmes et hommes, 10 km classique femmes, 15 km classique hommes, poursuite femmes et hommes, 15 km libre femmes, 30 km libre hommes, 30 km classique femmes, 50 km classique hommes, relais 4 x 5 km femmes et relais 4 x 10 km hommes. Les deux premiers relayeurs adoptent le style classique et les deux derniers, le style libre.

Histoire

C'est à la Norvège qu'on doit la naissance du ski sportif vers la fin du XVIIIe siècle. La première compétition dotée de prix a eu lieu dans ce pays, à Tromsô, en 1776.

Le ski de fond a fait ses débuts olympiques dès les premiers Jeux d'hiver, en 1924, précédant ainsi de douze ans l'arrivée du ski alpin. À Chamonix, cinq des six médailles en jeu dans les deux épreuves officielles - le 18 km et le 50 km - ont été remportées par des fondeurs norvégiens.

Depuis ces débuts olympiques, les héros se sont multipliés dans cette discipline, la plus exigeante de tous les sports d'hiver. La lignée des grands fondeurs norvégiens s'est d'ailleurs poursuivie lors des dernières éditions des Jeux olympiques grâce à Vegard Ulvang, Thomas Alsgaard et surtout Bjorn Daehlie.

Par ailleurs, les portes des Jeux olympiques se sont ouvertes aux fondeuses à partir des Jeux de 1952, à Oslo, où le 10 km était la seule épreuve féminine au programme. Un relais 3 x 5 km a été ajouté dès l'édition suivante, tenue dans la station italienne de Cortina d'Ampezzo.

Installations

Les épreuves de ski de fond seront présentées à Soldier Hollow, un grand espace de 518 hectares, presque découvert, occupant l’extrémité est du parc des monts Wasatch. Soldier Hollow est situé près de la petite localité de Midway, à environ 86 kilomètres au sud-est de Salt Lake City. 15000 personnes pourront assister aux compétitions, qui se dérouleront à une altitude variant de 1670 à 1793 mètres, le stade d’arrivée se trouvant à 1690 mètres.

Les athlètes canadiens


Droits d'auteur Abonnez-vous à notre cyberlettre olympique! Écrivez-nous! L'équipe de Radio-Canada à Salt Lake City retour en haut de la page
Horaire