19 janvier 2001

 

 

Deux peuples, une guerre:
la violence en Israël et
dans les territoires palestiniens

Depuis un peu plus de 50 ans, soit depuis la proclamation de l'État d'Israël, en 1948, Palestiniens et Israéliens s'entre-déchirent, les combats et les accalmies se succédant. Mais les dernières années, particulièrement avec l'arrivée d'Ehud Barak à la tête du pays, semblaient démontrer la volonté des parties à mettre un terme à des décennies de violence et de morts.

Si le conflit ne date pas d'hier, ces derniers mois ont cependant remis à l'avant-scène les affrontements quotidiens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Le 28 septembre dernier, la visite du chef du Likoud, Ariel Sharon, sur l'Esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est, a servi de détonateur à ce qu'on appelle la reprise de l'Intifada, la guerre des pierres entamée par les Palestiniens, même si la riposte israélienne se fait alors plus agressive. Car ils sont prêts à risquer leur vie au nom de leur cause.

« Nos armes ne vont pas les battre. Nous sommes convaincus qu'elles vont envoyer un message à la communauté internationale pour rappeler que nous sommes toujours occupés et que nous allons nous battre tant que nous ne serons pas libres. »

Depuis la reprise des combats, près de 400 personnes ont été tuées, en majorité des Palestiniens. Certaines victimes sont décédées dans des circonstances particulièrement tragiques, lors d'actions radidales commises par un côté ou l'autre. Comme ce jeune Palestinien de 12 ans, dont les images de la mort ont maintes fois fait le tour du monde, que son père n'a pas réussi à protéger des tirs israéliens. Chaque jour, cette image est rediffusée par la télévision palestinienne. Ou encore ces deux soldats israéliens lynchés par une foule palestinienne exaltée à Ramallah ou ces deux Palestiniens, fusillés par les leurs dans les territoires occupés après avoir été reconnus coupables de collaboration avec Israël.

« On ne peut pas s'amuser. La vie ne nous permet pas de jouer, de faire ce que tous les jeunes font naturellement. La vie, ici, ce n'est pas comme une vie normale pour tous les enfants. Ici, on n'a pas de liberté. On n'a pas notre jeunesse. Ils [les soldats israéliens] nous ont enlevé notre jeunesse. »
- Maha Sansour, 14 ans


« Les funérailles, en Palestine, sont l'occasion de réaffirmer les convictions politiques. On laisse délibérément le visage du martyr découvert, pour ajouter au drame. »
- extrait du reportage


Dessin de Rami Sansour, 7 ans

« Je vous assure, Oslo, qui a commencé en 1993, va mener à une paix entre nous et les Palestiniens, entre l'État d'Israël et l'État de Palestine. Je peux presque dessiner les détails de cette paix. Il y a une chose que je ne sais pas: combien de jeunes vont mourir de façon inutile jusqu'à ce point. »
- Uri Savir, l'un des principaux négociateurs israéliens lors des négociations qui ont abouti aux Accords d'Oslo

Zone libre présente un reportage sur les causes de la reprise des combats et sur les obstacles à la paix entre ces deux peuples, devenus frères ennemis.

Reportage en RealVideo

Un reportage du journaliste Jean-François Lépine et du réalisateur Georges Amar. Images : Patrice Massenet; son: Qasem Sabagh; montage : Bernard Lapointe.

 

Hyperliens

Dossier de Radio-Canada sur le conflit israélo-palestinien

Autorité palestinienne

Ministère de l'information de la Palestine

Le processus de paix au Proche-Orient (site du ministère des Affaires étrangères d'Israël)

UNISPAL
(Site de l'ONU sur la question palestinienne)

Dossier de la BBC

Inter-University Consortium for Arab Studies
(compilation très complète de sites reliés au processus de paix au Proche-Orient; en anglais)

Israël - monde arabe (textes officiels, articles parus dans médias francophones, etc.)

Compilation de sites sur le processus de paix

Le Hamas
(site du mouvement de résistance islamique; en anglais)

Radio-Canada ne se tient aucunement responsable du contenu des sites externes

 

L'émission Zone libre est diffusée sur les ondes de Radio-Canada le vendredi à 21 h et en reprise à RDI le samedi à 23 h, le dimanche à 13 h et à 20 h ainsi que le lundi à 2 h.