Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

En profondeur

Accueil

Mise à jour le vendredi 16 mars 2007 à 11 h 37
Envoyer à un ami

 

Accueil

La dette publique du Québec ne cesse d'augmenter. Elle s'établissait, au 31 mars dernier, à 118 milliards de dollars, soit 43 % du produit intérieur brut. Chaque enfant qui naît dans la province vient donc au monde avec une dette de 15 000 dollars. Craignant d'hypothéquer les générations futures, les signataires du Manifeste pour un Québec lucide ont prôné l'urgence de s'attaquer à la dette. Cet avis est cependant loin de faire l'unanimité. Les Québécois ne sont d'ailleurs pas prêts à faire des sacrifices pour rembourser la dette, d'après un sondage mené par la firme CROP.

Avec la participation du premier ministre Jean Charest, de l'ancien premier ministre Bernard Landry et de spécialistes aussi réputés que Pierre Fortin, Claude Castonguay, Luc Godbout, Louis Gill, Réjean Hébert et Pierre Paquette, le reportage de Françoise Stanton et Dominique Landry fait le point sur la question. Il remonte dans le temps pour voir l'évolution de la dette contractée par l'état québécois, faisant un parallèle avec l'entreprise familiale québécoise de services funéraires créée par Magnus Poirier. Pour se donner les moyens de profiter de l'expansion du marché lié au vieillissement de la population, elle devra réaliser d'importants emprunts, à rembourser par les générations futures.

Un débat animé par Jean-François Lépine réunit ensuite Alain Paquette, adjoint parlementaire du ministre des Finances et député libéral de Laval des rapides, François Legault, du Parti québécois, Claude Gauthier, de l'Action démocratique du Québec et François Saillant, de Québec solidaire, afin de voir comment les principaux partis politiques engagés dans la campagne électorale du Québec entendent s'attaquer au problème de la dette publique.

Selon le budget déposé le 20 février dernier, la dette publique du Québec a grimpé de 4 milliards de dollars depuis 2006 pour atteindre 122 millards.

En raison des droits d'auteur, ce reportage n'est pas disponible sur Internet.