ACCUEIL



QUESTION DU PUBLIC



ENQUÊTES ET REPORTAGES



ENTREVUES



TRUCS DE L'ÉPICERIE



SAVIEZ-VOUS QUE...



RECETTES ET CARNET D’ADRESSES



TEST DE GOÛT ET BANC D'ESSAI



OUI, MAIS...



LA CHIMIE DANS VOTRE ASSIETTE



ÉQUIPE

RECHERCHE
 rechercher un mot ou une expression
ARCHIVES
2001 à 2004
SAISONS PLUS RÉCENTES
2009 et plus





ÉMISSION DU MERCREDI 18 AVRIL 2007
- Four à infrarouge -
Les minifours sont fort utiles: ils sont petits, ils consomment moins d’énergie et ils peuvent servir de grille-pain ou de réchaud.

La plupart de ces fours fonctionnent avec des éléments chauffants conventionnels ou sont à convection. Mais le dernier cri de la technologie est le four infrarouge.

Pour comprendre le fonctionnement d’un four infrarouge, il est utile de le comparer avec les autres méthodes de cuisson:


  • Dans un micro-ondes, les ondes chauffent les molécules d’eau contenue dans l’aliment. Il s’agit d’une cuisson de l’intérieur vers l’extérieur.





  • Le four conventionnel chauffe l’air contenu dans le four, et cette chaleur se transmet à l’aliment.





  • Le four à convection fonctionne de la même façon qu’un four conventionnel, sauf qu’il possède un ventilateur qui crée un courant d’air chaud dans le four, ce qui en augmente l’efficacité.





  • Le four infrarouge se sert de la lumière pour chauffer les aliments directement, sans devoir chauffer l’air.




  • Cette action de la lumière infrarouge est la même que celle ressentie sur la peau lorsqu’elle est exposée à la chaleur du soleil. Christine Tremblay, professeure au département de génie électrique à l’École de technologie supérieure, explique que les ondes électromagnétiques, qui se propagent à la vitesse de la lumière, irradient directement les aliments, sans passer par un autre élément comme l’air.

    Ce transfert direct de chaleur est un des avantages des fours infrarouges. Il n’est donc plus nécessaire de préchauffer le four, ce qui entraîne des économies d’énergie et de temps.

    Le four à infrarouge en cuisine

    L’épicerie a demandé au chef Gaétan Grimard, de l’école Hôtelière de Laval, de comparer les cuissons obtenues dans des fours conventionnels et dans des fours infrarouges. S’il a obtenu de bons résultats avec les deux types de fours, il considère que le four infrarouge est le grand gagnant.

    M. Grimard croit toutefois que la programmation du four peut causer des problèmes aux nouveaux utilisateurs. Un four à infrarouge ne fonctionne pas de la même façon qu’un four conventionnel, pour lequel on demande une température donnée. « À moins d’être un spécialiste des ondes infrarouges, il est bien de se fier au programme présélectionné », explique Christine Tremblay.

    Avec les avantages qu’offre la cuisson infrarouge, il est plutôt étonnant que peu d’entreprises se soient intéressées à la production de ce type de four. Au Québec, Panasonic et Black and Decker semblent être les seules entreprises à offrir des minifours à infrarouges.




     [Regarder le reportage]




    Haut de la page



    Error processing SSI file

    - Four à infrarouge -

    Les minifours sont fort utiles: ils sont petits, ils consomment moins d’énergie et ils peuvent servir de grille-pain ou de réchaud.

    La plupart de ces fours fonctionnent avec des éléments chauffants conventionnels ou sont à convection. Mais le dernier cri de la technologie est le four infrarouge.

    Pour comprendre le fonctionnement d’un four infrarouge, il est utile de le comparer avec les autres méthodes de cuisson:


  • Dans un micro-ondes, les ondes chauffent les molécules d’eau contenue dans l’aliment. Il s’agit d’une cuisson de l’intérieur vers l’extérieur.





  • Le four conventionnel chauffe l’air contenu dans le four, et cette chaleur se transmet à l’aliment.





  • Le four à convection fonctionne de la même façon qu’un four conventionnel, sauf qu’il possède un ventilateur qui crée un courant d’air chaud dans le four, ce qui en augmente l’efficacité.





  • Le four infrarouge se sert de la lumière pour chauffer les aliments directement, sans devoir chauffer l’air.




  • Cette action de la lumière infrarouge est la même que celle ressentie sur la peau lorsqu’elle est exposée à la chaleur du soleil. Christine Tremblay, professeure au département de génie électrique à l’École de technologie supérieure, explique que les ondes électromagnétiques, qui se propagent à la vitesse de la lumière, irradient directement les aliments, sans passer par un autre élément comme l’air.

    Ce transfert direct de chaleur est un des avantages des fours infrarouges. Il n’est donc plus nécessaire de préchauffer le four, ce qui entraîne des économies d’énergie et de temps.

    Le four à infrarouge en cuisine

    L’épicerie a demandé au chef Gaétan Grimard, de l’école Hôtelière de Laval, de comparer les cuissons obtenues dans des fours conventionnels et dans des fours infrarouges. S’il a obtenu de bons résultats avec les deux types de fours, il considère que le four infrarouge est le grand gagnant.

    M. Grimard croit toutefois que la programmation du four peut causer des problèmes aux nouveaux utilisateurs. Un four à infrarouge ne fonctionne pas de la même façon qu’un four conventionnel, pour lequel on demande une température donnée. « À moins d’être un spécialiste des ondes infrarouges, il est bien de se fier au programme présélectionné », explique Christine Tremblay.

    Avec les avantages qu’offre la cuisson infrarouge, il est plutôt étonnant que peu d’entreprises se soient intéressées à la production de ce type de four. Au Québec, Panasonic et Black and Decker semblent être les seules entreprises à offrir des minifours à infrarouges.




     
    [Regarder le reportage]