Tout le monde en parlait, mardi 19 heures 30



L'animatrice Anne-Marie Dussault
Anne-Marie Dussault

UN RETOUR SUR DES DÉBATS QUI ONT PASSIONNÉ L’OPINION PUBLIQUE EN COMPAGNIE DES PERSONNALITÉS QUI LES ONT INCARNÉS
[ Archives - mai 2008 ]

Les insoumis du Vietnam

(27 mai 2008) - Lors de la guerre du Vietnam, des dizaines de milliers de jeunes Américains fuient leur pays pour trouver asile au Canada. Ils refusent la conscription et la guerre pour des raisons morales et idéologiques. Plus les États-Unis s'enlisent dans le conflit, plus le mouvement anti-guerre grandit et devient fort.

Le Canada, pacifiste et opposé à cette guerre, les reçoit à bras ouverts.

Plus de 30 ans ont passé depuis. Plusieurs insoumis qui avaient franchi les frontières canadiennes avec de nouveaux idéaux de paix ont pris racine ici. Ils racontent leurs souvenirs à Tout le monde en parlait.

Invités :

  • Thomas Fox, professeur de mathématiques au Collège Dawson.
  • Walter Raymond, pasteur à l'église anglicane de Québec.
  • Donald Corenky, artiste.
  • Michael Hendricks, informaticien.
  • Marc Lalonde, chef de cabinet du premier ministre Trudeau à l’époque.


  • Journaliste: Claude Desbiens
    Réalisateur: Jean-François Woods




    Richard Blass, vedette du crime

    (20 mai 2008) - Surnommé « Le chat » pour avoir survécu à quatre attentats et réussi trois évasions spectaculaires, Richard Blass a été condamné pour 23 crimes différents entre 1965 et 1975.

    Un soir de janvier 1975, il a tué le tenancier du bar Gargantua, rue Beaubien, à Montréal. Il a ensuite éliminé douze personnes innocentes en les enfermant dans un réduit derrière le bar et en y mettant le feu.

    Richard Blass était une vedette du crime, choyée par la presse écrite et électronique, qui en avait fait une sorte de héros populaire. Mais l'épisode du Gargantua l'a transformé en monstre aux yeux du public.

    Tout le monde en parlait rappelle le parcours de ce criminel dont la violence n'avait d'égale que la soif de publicité.

    Invités :

  • Albert Lisacek, ex-policier à la Sûreté du Québec, connu comme le policier le plus dur au Canada, ennemi personnel de Richard Blass.
  • Claude Poirier, chroniqueur judiciaire vedette qui a bien connu Richard Blass.
  • Maurice Labarre, ex-lieutenant au Service des incendies de Montréal, qui a découvert les corps des victimes du massacre du Gargantua.


  • Journaliste: Richard Fortin
    Réalisateur: Jean-Claude Le Floch

    En raison des droits d'auteur, l'émission ne sera conservée qu'une semaine sur Internet.




    La tragédie des réfugiés de la mer indochinois

    (13 mai 2008) - Dès la prise de Saïgon, capitale du Vietnam-du-Sud, par les troupes nord-vietnamiennes le 30 avril 1975, les Sud-Vietnamiens ont commencé à fuir par la mer. Sur un million de ces réfugiés, la moitié se seraient noyés ou auraient été tués par des pirates.

    À partir de 1978, à l'instigation, entre autres, du ministre québécois de l'Immigration, Jacques Couture, le Québec et le Canada ont enclenché un formidable élan de solidarité citoyenne. En deux ans, des groupes de parrainages privés et des organisations gouvernementales ont permis d'installer au pays 60 000 réfugiés indochinois.

    Invités :

  • Ba Dinh Nguyen , réfugié de la mer
  • Yen Thu Le, réfugiée de la mer sauvée in extremis
  • Mgr Pierre Blanchard, évêque auxiliaire de Montréal, il a adopté 18 adolescents sans famille qui n'auraient eu autrement aucune chance de sortir des camps
  • Paul Simard , ex-directeur des services de sélection à l'étranger pour le Québec
  • Louise Gagné, ex-secrétaire déléguée auprès des réfugiés (Québec) et amie de Jacques Couture
  • Florent Fortin, ex-conseiller à l'immigration (Québec), il faisait la sélection des candidats dans les camps


  • Journaliste: Richard Fortin
    Réalisateur: Jean-Claude Le Floch




    Grondines-Lotbinière, bataille pour un fleuve sans pylône

    (6 mai 2008) - En 1985, Hydro-Québec prévoyait faire passer sa nouvelle ligne de transmission au-dessus du Saint-Laurent, entre Grondines, sur la rive nord, et Lotbinière, sur la rive sud. Les plans étaient faits; les travaux devaient débuter rapidement. Hydro-Québec accélérait le processus pour livrer, tel que promis, de l'énergie aux États de la Nouvelle-Angleterre, en vertu d’un contrat qui rapporterait cinq milliards de dollars au Québec. C'était sans compter sur l'opposition féroce des citoyens de ces régions, qui se sont mobilisés pour empêcher que l'on défigure un des plus beaux paysages du Québec.

    La puissante Hydro-Québec a été obligée de reculer et d'opter pour une autre solution que la traversée aérienne. Les pressions du groupe Contestension ont fait pencher la balance en faveur d'une ligne sous-fluviale. Cette technique nouvelle n'était pas au point, selon Hydro-Québec, et surtout, elle coûtait beaucoup plus cher. Mais le gouvernement a donné raison aux citoyens qui ont fait de la sauvegarde du paysage et du fleuve un enjeu fondamental.

    Parmi les invités, on entendra plusieurs personnes qui étaient aux premières loges de cette bataille : André Stainier, président de Contestension, John Ciaccia, ministre de l'Énergie à l'époque, André Beauchamp, président du BAPE à l'époque; Micheline Beauchemin, artiste et résidente de Grondines, et Jean Fontaine, alors administrateur à Hydro-Québec.

    Journaliste: Claude Desbiens
    Réalisateur: Jean-François Woods




    Un aperçu de notre nouvelle saison

    (1 mai 2008) - Anne-Marie Dussault vous invite, tous les mardis, à revivre des pages significatives de notre histoire contemporaine en juxtaposant des images d’archives judicieusement choisies et les témoignages de ceux et celles qui les ont vécues.

    Au cours des prochaines semaines, on s’intéressera, entre autres, aux réfugiés de la mer indochinois, aux insoumis de la guerre du Vietnam, aux débuts de la LNI et à la naissance de Loto-Québec.

    Pour la première, le mardi 6 mai, nous vous invitons à revivre une bataille environnementale épique qui a opposé les citoyens de Grondines et Lotbinière à Hydro-Québec.




    Error processing SSI file