ACCUEIL



  • REPORTAGES
  • CAPSULES
  • VRAI OU FAUX
  • QUESTION DE LA SEMAINE

  • ÉQUIPE

    RECHERCHE

    Recherche par date >>

    ARCHIVES
    2002 à 2004
    2001 à 2002
    2000 à 2001


    NOS COORDONNÉES

    Adresse postale:
    La Facture
    Société Radio-Canada
    1400 René-Lévesque Est,
    3e étage
    Montréal (Québec)
    H2L 2M2

    Téléphone:
    514 790-2636 ou
    1 800 790-2636

    Télécopieur:
    514 597-7972


    HEURE DE DIFFUSION
    Mardi 19 h 30

    REDIFFUSION SUR RDI
    Samedi 17 h 30
    Dimanche 2 h 30


    - Le 0% d'intérêt, est-ce réel? -
    Acheter un véhicule automobile coûte cher de nos jours. En plus du 15 000 $, 20 000 $ ou 30 000 $ d'achat, il faut financer tout ça. Et les taux des institutions financières pour les prêts automobile tournent autour de 7 % à 9 %. Alors, quand on voit dans une publicité ou dans la vitrine d'un concessionnaire une immense affiche indiquant 0 % d'intérêt, il est difficile de ne pas sauter sur l'occasion. Mais en fin de compte, est-ce que ça en vaut la peine. Le 0 % d'intérêt, est-ce réel?

    Journaliste : Michel Vincent
    Réalisatrice : Claudine Blais
    Recherchiste : Claude Laflamme


    __________


    Louer, acheter, 0 % d'intérêt, avec ou sans comptant, il n'est pas facile de s'y retrouver quand on projette d'acheter une voiture. Et peut-on vraiment se fier à ce qu'on nous raconte?

    « Il se dit de véritables âneries chez les concessionnaires quand il est question de conseils financiers », prétend Éric Brassard, un spécialiste en finances personnelles qui connaît particulièrement bien le marché de l'automobile.

    « Ils disent que c'est 0 %, mais si tu payes comptant, on te donne un rabais de 3000 $. Dans le fond, tu as un 3000 $ d'intérêt déguisé dans le 0 % », soutient-il.

    Le vendeur lui tait une promotion

    Marc, qui cherchait une deuxième voiture pas chère, l'a appris à ses dépens. Il a découvert trop tard l'existence des frais cachés.

    Séduit par la publicité du 0 %, il s'est rendu chez un concessionnaire Suzuki de Laval. Il connaissait bien le fabricant japonais pour avoir déjà possédé deux de ses voitures.

    « Le conseiller m'a dit: ''La 2005 est 100 $ de plus, mais sur la 2004, on est capable de faire un financement à 0 % d'intérêt sur 72 mois'', raconte-t-il. Je lui ai alors demandé: ''Si je la paie comptant, est-ce que je peux avoir un rabais?'' Il m'a dit: ''Non. Ça, c'est impossible''. »

    Marc et le vendeur se sont entendus pour le financement à 0 % d'intérêt, soit un paiement mensuel de 235 $ pendant 72 mois. Coût total de la voiture: 16 920 $, taxes incluses.

    Un peu plus d'un mois plus tard, une amie de Marc lui a posé des questions sur sa Suzuki. Après lui avoir dit combien il avait payé son modèle 2004, il a ajouté qu'il irait voir le prix du modèle 2005 sur le site Internet de la compagnie pour lui donner l'heure juste.

    « Je suis alors allé sur le site et, horreur, j'ai vu que j'avais payé ma voiture vraiment trop cher », se désole-t-il.

    Marc découvre en effet que le prix affiché sur Internet pour un modèle 2005 est de 13 810 $, taxes incluses, soit 3000 $ de moins que son modèle 2004. Une seule condition: il faut payer comptant. Jamais le vendeur ne l'a informé de cette promotion.

    En optant pour le 0 % d'intérêt du fabricant, Marc a accepté, sans le savoir, de payer sa voiture beaucoup plus cher.

    « Il ne m'a jamais parlé de ça, sinon c'est vraiment ce que j'aurais choisi. J'avais d'autres façons de financer la voiture pour beaucoup moins cher que ça. »

    Un taux d'intérêt de près de 7 %

    Éric Brassard
    Marc a donc déboursé 3000 $ de plus en choisissant le 0 % d'intérêt. Réparti sur 72 mois, cela représente des frais d'intérêt cachés dans le prix de la voiture. Éric Brassard a accepté de calculer le taux d'intérêt réel de cette offre à 0 % pour La facture.

    « C'est énorme! souligne-t-il. C'est 0 % d'intérêt à 16 900 $, mais à 13 800 $, ce n'est plus du 0 % d'intérêt. C'est un taux assez élevé, c'est 6,94 %. On est loin du 0 %. »

    « Les vrais 0 % d'intérêt, poursuit-il, c'est lorsque le prix ne change pas malgré la promotion sur le taux d'intérêt. »

    « C'est une arnaque, fulmine Marc. Il y avait un prix caché dont on ne m'a pas informé. »

    Un taux plus élevé qu'à la banque

    Mais comment interpréter ces publicités où l'on propose plusieurs scénarios difficilement comparables et qui portent souvent à confusion?

    Alertée par Marc, La facture a décidé de visiter six concessionnaires offrant des financements à 0 % d'intérêt en juin dernier.

    Si certains, comme Ford et GM, offraient de vrais 0 %, d'autres, comme Kia, Mitsubishi, Mazda et Hyundai, disaient clairement donner des rabais en cas de paiement comptant. Chez Hyundai, le vendeur encourageait carrément à opter pour le plan de financement à 0 %, indiquant que, dans une banque, le taux d'intérêt pour un prêt automobile serait de 7,9 %.

    Effectivement, les banques n'ont pas l'habitude de faire des cadeaux. Mais ce que ce vendeur ne disait pas, c'est que l'offre à 0 % du constructeur coréen cachait un taux d'intérêt plus élevé que celui de la banque, soit 8,3 %.

    Il est donc difficile, même pour un consommateur averti, de faire un choix éclairé.

    « J'ai magasiné des dizaines et des dizaines de voitures et pratiquement aucun vendeur n'a pu répondre de façon vraiment cohérente à une série de questions », affirme Éric Brassard.

    « Nous avons magasiné vite, nous n'avons pas fait de comparaison, avoue Marc. Nous nous disions qu'il faut aussi faire confiance aux gens. J'étais déjà allé chez des concessionnaires Suzuki, et je ne m'étais pas fait arnaquer. »

    La faute aux manufacturiers?

    Marc a tenté sans succès de faire annuler son contrat de vente chez le concessionnaire. Le président de l'entreprise a accepté de le rencontrer en présence de La facture. Il s'est défendu en disant qu'il ne faisait que mettre en pratique les programmes du manufacturier.

    « Je reçois une liste tous les mois, et je m'en tiens à ça », affirme-t-il.

    Les promotions à 0 % sont donc déterminées par les manufacturiers. Mais le président ne voit pas pourquoi son vendeur aurait caché à Marc l'existence d'un rabais de 3000 $

    « Je ne dis pas que nous sommes blancs comme neige dans cette histoire, admet-il. Je pourrais avoir un doute sur mon représentant si je savais que, lorsqu'on finance à 0 %, j'ai une prime supplémentaire par rapport à une vente au comptant. Mais ça ne change rien pour nous, c'est quatre 25 sous pour une piastre. »

    Marc se propose maintenant de contacter Suzuki Canada, tout en examinant les recours légaux qui s'offrent à lui.

    Dans la mire des tribunaux

    Suzuki, de même que sept autres constructeurs automobiles, pourraient d'ailleurs devoir s'expliquer sous peu devant les tribunaux. L'avocat Fredy Adams s'apprête en effet à déposer une requête en vue d'exercer un recours collectif. Selon lui, les frais de financement ne devraient pas être inclus dans le prix du véhicule, comme ce fut le cas pour Marc.

    Me Fredy Adams
    « En vertu de la Loi sur la protection des consommateurs, [le commerçant] est tenu de parler de ce rabais dans sa publicité et dans son contrat, soutient Me Adams. Quand vous me parlez de Suzuki qui dit: ''Nous ne sommes pas responsable'', la loi les oblige à indiquer le rabais dans leur contrat, et ils ne l'ont pas fait. C'est une loi d'ordre publique et [Marc] a un recours. »

    « Le concessionnaire est une source d'information sur la voiture, soutient Éric Brassard. Pour les données financières, c'est une source d'informations sur ce qu'il offre comme financement. Mais arrêtez là. Il n'est pas qualifié pour donner des conseils financiers. »

    « La bonne façon de magasiner, ajoute le spécialiste en finances personnelles, c'est de négocier le prix et, après avoir récolté l'information auprès du concessionnaire, d'aller faire ses devoirs et de calculer les vrais taux. »

    « On ne peut pas faire confiance aveuglément aux conseillers, renchérit Marc. On appelle ça des conseillers, mais ce sont des vendeurs de chars. C'est ce qu'ils sont devenus pour moi. À l'avenir, quand les conseillers en automobile vont me voir arriver, je vais peut-être avoir plus de questions à leur poser. »

    En conclusion

    La requête en vue d'exercer un recours collectif sera entendue à la fin octobre.

    Selon des études consultées par La facture, le 0 % d'intérêt a un effet indéniable sur les ventes de véhicules automobiles. Et c'est le but des fabricants!

    Alors, quand il y a des offres telles que Le rabais des employés ou Ne payez rien avant un an, posez beaucoup de questions. Faites des calculs et, pourquoi pas, parlez-en à votre comptable pour éviter de vous faire embobiner.



    Haut de la page



    * Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes