ACCUEIL



REPORTAGES ARCHIVÉS



ÉQUIPE

RECHERCHE
 

Recherche par date ››


ARCHIVES
2001 à juin 2004


NOS COORDONNÉES



- Génération engagée -

Depuis quelques années, on remarque une montée du militantisme chez les jeunes Québécois. On n’avait pas vu ça depuis la ferveur nationaliste des années 60 et 70. Mais ce n’est pas le Québec qui passionne les jeunes militants d’aujourd’hui. De nos jours, ils s’embrasent pour l’environnement et pour la justice sociale sur cette planète. Et ils partagent tous la conviction profonde que notre monde est au bord du gouffre.

Combats des temps modernes

Myriam Broué, écologiste anti-gaspillage
Enjeux a rencontré quelques-uns d’entre eux. Myriam Broué, 24 ans, se bat contre le gaspillage. Elle vient de terminer un baccalauréat en environnement. Elle fait partie de la Coopérative Généreux, à Montréal. Les 15 colocataires détestent le gaspillage. À tel point qu’ils font leur épicerie dans les poubelles des magasins d’alimentation. Ils font des économies considérables, grâce à leur récolte. Mais s’ils font cela, c’est surtout pour dénoncer le gaspillage éhonté des aliments en Amérique du Nord. Myriam: « D’un côté, il y a des gens qui ne mangent pas, et de l’autre, il y a toute cette nourriture gaspillée. C’est aberrant. La première action, c’est de récupérer les aliments. Mais, au bout du compte, on voudrait qu’il n’y ait plus de nourriture jetée ».

Guillaume Bernard, futur politicien?
Guillaume Bernard, 20 ans, veut changer la politique. Membre du mouvement Option citoyenne depuis deux ans, cet étudiant en sciences politiques a assisté avec émotion, récemment, à la naissance de Québec solidaire. Guillaume: « Ce qu’on veut faire de différent, c’est d’inclure les gens dans le processus démocratique. Une démocratie participative, où plus de gens peuvent s’exprimer, où les femmes et les exclus pourront prendre la parole et leur place ».

Maude Prud'homme, écologiste anti-capitaliste
Maude Prud’homme, 23 ans, lutte pour la sauvegarde des forêts. Elle a étudié en arts et en sciences pures. Elle se consacre maintenant à temps plein à la militance. Elle est membre de la Coalition Sauvons l’Île René-Levasseur. Elle a aussi fondé Les lucioles, un collectif de vidéastes engagés qui ont, notamment , documenté la bataille pour la sauvegarde de l’Île-Levasseur. Maude: « On est en train de transformer une biodiversité en produits manufacturés. On est en train d’en transformer une partie en papier de toilette. […] Il y a déjà eu de la vie avant les Scott Towel. Avant, les gens prenaient des chiffons, ils les lavaient et ça marchait très bien ».

Dan Marques, altermondialiste
Dan Marques, 23 ans, est altermondialiste. Brésilien d’origine, Québécois d’adoption, il étudie en économie et politique. Comme bien des jeunes de sa génération, il doit son éveil politique au Sommet des Amériques de Québec, en 2001. Il fait aujourd’hui partie d’ATTAC-Québec, un groupe de militants altermondialistes. Il a participé au 6e Forum social mondial, à Caracas, en janvier 2005. Dan: « J’ai une éducation, une famille, des amis. J’ai tous les biens matériels dont j’ai besoin. J’ai tout ça, et d’autres n’ont rien. En toute conscience, j’ai la responsabilité, en tant que citoyen, d’essayer de faire en sorte que tout le monde puisse avoir les mêmes choses que moi ».

L’espoir de sauver le monde

Robert Jasmin, président d’ATTAC-Québec, milite depuis 40 ans. Jamais une génération ne l’a impressionné comme celle-ci: « C’est la première génération qui est consciente que la Terre a des limites. Aucune génération, avant, n’avait joué avec ces concepts de décroissance. […] Je crois, qu’il y a, actuellement, un vent de changement qui nous vient du Sud, notamment de l’Amérique latine, et les jeunes d’ici l’ont compris. J’ai regardé dans toute l’histoire, je n’ai jamais vu un changement majeur opéré par une majorité. C’est toujours le fait d’une minorité, ensuite suivie par la majorité à un moment donné ».

Ces jeunes que nous avons rencontrés ont tous l’espoir de changer le monde. Maude: « Je ne sais pas si ça va marcher. Mais la seule façon de le savoir, c’est d’essayer à fond, d’essayer jusqu’au bout, de faire de mon mieux. Et c’est ce que j’ai l’intention de faire ».

Journaliste: Madeleine Roy
Réalisatrice: Mireille Ledoux




 [Regardez le reportage (1re partie)]

 [Regardez le reportage (2e partie)]

Hyperliens
Site de la Coop Généreux

ATTAC-Québec
Association québécoise pour la taxation des transactions financières pour l'aide aux citoyens

Coalition Sauvons l'Île René-Levasseur

Le Collectif des Lucioles

Centre des médias alternatifs du Québec

Bureau des affaires louches (BAL)

Convergence des luttes anti-capitalistes (CLAC)





Haut de la page


Error processing SSI file