ACCUEIL



REPORTAGES ARCHIVÉS



ÉQUIPE

RECHERCHE
 

Recherche par date ››


ARCHIVES
2001 à juin 2004


NOS COORDONNÉES



- Endommagé... Prise 2 -
Paul Nadler
Avant août 1994, Paul Nadler était un homme en pleine possession de ses moyens. Réalisateur et producteur de télévision, il était énergique, créatif, talentueux, aventurier, frondeur et populaire auprès des femmes. Un terrible accident de la route a tout fait basculer. Le jeune homme est tombé dans un profond coma. Les médecins n’avaient aucun espoir qu’il s’en remette. Mais ils ne connaissaient pas la détermination hors du commun de Paul Nadler. Voici son histoire, racontée par le protagoniste, par ses proches, par ses amis et par les spécialistes qui l’ont soigné.

Revenir de loin

C’est arrivé le 8 août 1994 sur une route près de Dahab, en Égypte. Paul Nadler allait faire de la plongée sous-marine. Un pneu a éclaté. La voiture a capoté. Le jeune homme a subi un traumatisme craniocérébral (TCC). Il s’est retrouvé dans un profond coma. On l’a rapatrié à Montréal. Les médecins ne lui donnaient à peu près aucune chance de s’en remettre. Mais les proches de Paul Nadler n’ont pas abandonné la partie. Sa mère, Vera Nadler-Hébert, raconte que pendant qu’il était dans le coma, on lui faisait tout le temps écouter de la musique, on lui fredonnait des chansons, on lui racontait des histoires.

Paul Nadler est resté dans un profond coma pendant six semaines et dans un état végétatif pendant six mois. La guérison, que les médecins disaient improbable, a été longue. Il avait perdu l’usage de ses jambes et de la parole.

Le jeune homme s’est acharné. Lentement, il a recommencé à marcher, à parler. Mais les séquelles ne s’effacent pas si facilement. Il a toujours des problèmes de coordination et d’élocution. Son caractère a changé, à cause des lésions cérébrales. Il est maintenant plus agressif. Il est devenu impulsif, méfiant et angoissé. Il a des troubles de mémoire. Il ne supporte plus la lumière. Paul Nadler: « Souffrir d’un TCC, c’est avoir une maladie invisible. »

Le centre de réadaptation Lucie-Bruneau ne voyait pas d’amélioration importante de l’état de ce patient, sur les plans cognitif et moteur: « Il doit s’ajuster aux séquelles, qui vont être permanentes. Le retour à un emploi rémunéré n’est pas envisagé. »

« Chacun est responsable de son destin »

Vera Nadler-Hébert
Envers et contre tout, Paul Nadler a combattu pour son autonomie, avec l’aide, notamment, de sa mère. Le jeune homme croit que chaque individu est responsable de son propre destin.

Dix-huit mois après son accident, il a réussi à descendre une pente en planche à neige. Il est allé faire de l’escalade avec son cousin dans le parc national de Joshua Tree, en Californie. Quelques mois plus tard, il a entrepris, seul, un voyage en Nouvelle-Écosse. Selon un ami de Paul, ce voyage lui a prouvé qu’il était encore une personne à part entière.

Deux ans après son accident, il a décidé de vivre seul dans un appartement au troisième étage. Paul Nadler: « J’ai encore ma fierté, je suis autonome, je ne fais pas de compromis, je veux garder mon indépendance. » Une indépendance durement gagnée au quotidien, car les tâches les plus simples sont un défi à relever.

Cinq ans après l’accident, Paul Nadler a entrepris une maîtrise à l’UQAM. Encore là, ses troubles de mémoire lui ont fait la vie dure. Mais il a obtenu son diplôme. Et il a pu recommencer à travailler! Ce documentaire en est la preuve.

Réalisateur: Paul Nadler
Producteur: Jonathan Finkelstein


Note: ce reportage n’est pas disponible sur Internet pour des questions de droits.



Hyperliens
Braindamadj'd... Take II
Information sur le documentaire - Site d'Apartment 11 Productions

Braindamadj'd…Take II
Article de CBC Newsworld





Haut de la page


Error processing SSI file