ACCUEIL



REPORTAGES ARCHIVÉS



ÉQUIPE

RECHERCHE
 

Recherche par date ››


ARCHIVES
2001 à juin 2004


NOS COORDONNÉES



- L’aphasie ou le silence des mots -
Après un accident vasculaire cérébral (AVC), certaines personnes deviennent aphasiques. Elles ont subi des dommages dans l’hémisphère gauche du cerveau, dans les zones responsables du langage. Ce trouble peut toucher autant l’expression que la compréhension de l’oral et de l’écrit. Certains aphasiques restent partiellement paralysés et d’autres ont des troubles de personnalité.

On estime qu'environ 4000 personnes deviennent aphasiques au Québec chaque année, et ce, pour le reste de leurs jours. Après quelques mois de rééducation, ces gens doivent trouver une nouvelle place dans un monde où ils sont désormais différents. Une équipe d’Enjeux s’est attachée aux pas de trois aphasiques.

Privés de la parole, du jour au lendemain

La vie de Jacynthe Giroux a basculé un jour de juillet 2003. Elle a fait un AVC qui l’a laissée aphasique. Elle ne savait plus compter, elle avait oublié les mots et les lettres. Avant, elle était danseuse et acrobate. Aujourd’hui, elle mène une vie plus rangée, avec son mari et ses deux enfants. Ce qu’elle a trouvé le plus dur, c’est de ne pas pouvoir se faire comprendre de ses enfants.

De gauche à droite: Lise Durand, Robert Fournier et Jacynthe Giroux

Lise Durand était institutrice. Elle a enseigné à écrire à des enfants pendant 30 ans. Après son AVC, elle ne pouvait plus utiliser la main droite et elle ne parlait plus du tout. Elle raconte que les gens la prennent parfois pour une folle ou pour une attardée. Elle s’est soumise à un long apprentissage pour réapprendre à parler et à écrire.

Robert Fournier a beaucoup travaillé dans sa vie. Jusqu’à l’AVC. L’ex-pharmacien est aphasique depuis 15 ans. Après son AVC, comme bien d’autres dans son cas, il s’est replié sur lui-même. Il s’est enfermé dans son sous-sol pendant trois ans. Aujourd’hui, il arrive à s’exprimer assez bien, mais il a toujours de problèmes de concentration.

L’art comme planche de salut

Ces trois personnes participent à une chorale et à une troupe de théâtre pour aphasiques. Par l’art, on veut les aider à réintégrer la société et à faire connaître leur problème.

Le Théâtre aphasique a été créé en 1992 par l’orthophoniste Anne-Marie Théroux, de l’Hôpital Villa Medica, pour aider les gens privés de parole à revenir dans la société. L’expérience fut un succès. Plusieurs places ont déjà été montées et présentées au public.

En janvier dernier, la troupe du Théâtre aphasique, la chorale et des danseurs aphasiques ont décidé de monter ensemble un spectacle multidisciplinaire. Après des mois de répétitions, le spectacle Terre-aphasie a été présenté en mai au Théâtre Gésù, à Montréal.

Note: le Théâtre aphasique présentera à nouveau son spectacle Métronome à Montréal les 17 et 18 novembre 2006, à 19 h 30 au Studio Hydro-Québec du Monument-National, situé au 1182, boulevard St-Laurent. Les billets sont disponibles au coût de 12 $ au bureau du Théâtre aphasique: (514) 288-8201, poste 4868. Ou au Studio Hydro-Québec: (514) 871-2224.

Journaliste: Raymond Saint-Pierre
Réalisateur: Pier Gagné




 [Regarder le reportage (1re partie)]

 [Regarder le reportage (2e partie)]

Hyperliens
Le Théâtre aphasique

Association québécoise des personnes aphasiques (AQPA)





Haut de la page


Error processing SSI file