CAPSULE INFO

Le phosphore essentiel au poisson…

Le phosphore est un élément essentiel à la croissance du poisson. Or, la truite rejette les trois quarts du phosphore qu'elle absorbe. Le phosphore est soluble et une fois dissout il est impossible de le retirer.




Le reportage

 


Pisciculture et environnement

Réalisateur : Bernard Laroche
Journaliste : Rachel Brillant

6 janvier 2002

 

Les piscicultures et la pollution…

Les piscicultures du Québec sont au banc des accusés depuis quelques années.

Elles sont accusées de faire mourir les lacs mais ceux-ci sont souvent déjà en train d'étouffer avant même l'arrivée des pisciculteurs.

Le ministère de l'Environnement accorde quand même des permis qui sont, dans certains cas, retirés par l'ordonnance de la cour.


Yves Boulanger

La Semaine Verte a rencontré deux chef de file dans la pisciculture au Québec.

Yves Boulanger qui se spécialise dans le développement de l'omble chevalier au Québec et Normand Roy qui possède le plus gros site d'élevage de truite de table en Estrie.

 

 

La fin de la période dorée de la pisciculture au Québec.

1998 : C'est en Outaouais que la cour ordonne la première fermeture d'une pisciculture au Québec. Ses rejets polluent le lac Heney au nord de Buckingham.

2000 : Deuxième ordonnance de fermeture. Cette fois c'est une pisciculture qui pollue le lac Forgeron au sud de Mont-Laurier dans les Laurentides.

 

Une question de phosphore…

Les lacs meurent en raison d'une trop forte concentration de phosphore.

Le phosphore arrive dans les lacs par :

  • le lessivage des résidus de la forêt ou par la pluie;
  • les activités humaines dans les chalets;
  • les résidus des piscicultures.

Une pisciculture moyenne produit 20 tonnes de truites par année. Elle rejette la même quantité de phosphore que 100 porcs à l'engraissement ou 20 chalets munis d'une fosse septique.

L'équilibre est fragile, une source de phosphore en trop et les algues envahissent le lac, l'oxygène manque et l'eau devient verte. Le lac meure.

 

 

Le virage du ministère de l'Environnement…

À partir de 1999, le ministère de l'Environnement fait un virage radical. Il impose de nouvelles normes de plus en plus contraignantes.

«Si on applique les nouvelles directives de 2001, faut pas se le cacher, il y a 90% des piscicultures qui vont disparaître au Québec.»
Normand Roy, pisciculteur.

Les nouvelles lois obligent les pisciculteurs à déverser dix fois moins de phosphore dans les cour d'eau. La limite est fixée à deux centièmes de milligramme de phosphore par litre comparativement aux municipalités qui ont droit à un milligramme par litre. Soit 50 fois plus.

 

Réduction du phosphore...

Il y a des études qui se font présentement pour trouver des solutions pour réduire le phosphore dans l'eau.

Yves Comeau, spécialiste de la réduction de phosphore dans l'eau, a un laboratoire installé au Jardin Botanique.

Ses recherches lui ont permis de trouver un système qui réduit un tiers de la pollution globale de phosphore.

Il poursuit ses recherches pour développer d'autres techniques qui élimineront les deux autres tiers.

Ses méthodes permettraient aux pisciculteurs du Québec d'agrandir leurs élevages et ainsi de fournir à la demande toujours grandissante des consommateurs.

Hyperliens

La cour ordonne la fermeture d'une pisciculture polluante;
Article du Devoir.

Ministère de l'Environnement.

Épuration des eaux du Biodôme.
Université de Montréal.

Comeau, Yves
Laboratoire de génie de l'environnement

Portrait de l'industrie Canadienne de l'aquaculture.

 

 
Adaptation pour Internet : Marie-Claude Cleary
Conception graphique et intégration : Karine Boucher