Radio-Canada.ca/Nouvelles
Reportage au Point
Le vendredi 28 février
Tintin est toujours bien vivant
.
 

« Tintinologues » ou « Tintinophiles », les deux titres sont acceptés. L'un des meilleurs spécialistes de Hergé s'appelle Benoît Peeters. Il a publié récemment une biographie intitulée : « Hergé, fils de Tintin ». Il dépeint Hergé comme un personnage tourmenté par le doute et ultimement sauvé par son oeuvre, et donc par Tintin.

À l'occasion du 20e anniversaire de la mort d'Hergé, une volumineuse collection est en cours de parution. Cette intégrale intitulée « Chronologie d'une oeuvre », comptera six tomes, dont trois ont déjà été parus.

Écoute de l'entrevue (première partie)
Écoute de l'entrevue (deuxième partie)
Format WindowsMedia

« Il y a ce rapport d'éducation, à travers le perfectionnisme d'Hergé, la volonté d'amener la série toujours plus loin, la faire évoluer en même temps que lui. Mais il y a aussi une conséquence, quelque chose d'étrange, c'est que ce Tintin vient peser sur l'existence d'Hergé, devient comme une figure de sur-moi, contre laquelle Hergé sera tenté de se révolter. »

« Il y a dans les années 1960, le phénomène Astérix qui arrive, première grande concurrence. Ça le bouscule parce que jusque là, il a régné sur le monde de la bande dessinée. Il était sans concurrence jusqu'à l'arrivée d'Astérix. »

« Il a été comme scénariste de sa propre vie, inventant le personnage d'Hergé après avoir inventé celui d'Haddock, Tournesol et tous les autres. Pourquoi ? Parce que c'était un homme de secret. Pas un mot sur la question des origines familiales. Il ne dit pas un mot sur ses grandes fugues, ses grandes dépressions des années 1940. »

« Hergé a donné du bonheur à des millions d'enfants et d'adultes, et continue d'en donner de pays en pays mais lui-même n'avait pas la vocation du bonheur. C'est quelque chose qu'il n'a jamais trouvé. Il a été traversé par un désir de dépassement, jusqu'à se rendre compte qu'il avait le meilleur dans Tintin. »

« Il y a une dimension d'historicité et d'éternité dans ses albums. Historicité parce que les premiers albums sont fondamentalement inscrits dans leur temps. Mais en même temps, Hergé n'arrête pas de reprendre ses albums. Il reprend ses albums en noir et blanc pour les mettre en couleur et les unifier dans le moule des 62 pages. À la fin de sa vie, il fait redessiner des albums, comme les engins dans "L'île noire", et là, l'album y perd quelque chose. »

 

Les fidèles de Tintin
Daniel Vachon

Le jour, Daniel Vachon est un réalisateur spécialisé en musique, mais le soir il passe des heures et des heures à construire sa fusée Tintin. Sa fusée est une réplique exacte de celle qu'on retrouve dans l'album « Objectif lune ». C'est sa façon de faire vivre Tintin.

Nicholas Sabourin

C'est au Québec que le premier site Internet en français consacré à Tintin a vu le jour. Nicholas Sabourin a commencé son site à 17 ans. Aujourd'hui, on vient de partout dans le monde pour consulter ce site. Son site est une véritable encyclopédie et ce que les gens préfèrent le plus, c'est l'inventaire des erreurs du maître, comme un chapeau qui change de couleur d'une case à l'autre.

Nicholas ne fait pas d'argent avec son site. Son seul but est de s'assurer que Tintin ne meurt jamais.


Luc Giard

Artiste québécois, Luc Giard s'inspire directement de l'œuvre d'Hergé. Il a publié il y a quelques années, les histoires de Tintin et son ti-gars, un Tintin typiquement québécois qui mange des beignes et qui lance des jurons. Luc Giard prétend que ses œuvres sont une sorte d'hommage au Tintin d'Hervé, mais les Éditions Casterman ne sont pas du même avis. Luc Giard a été obligé de modifier son Tintin. Il s'appelle maintenant Ti-coune, il porte une cape et un masque pour ne plus avoir de problèmes avec la censure.

Quelques notes biographiques sur Luc Giard

Safarir

Le magazine Safarir parodie aussi fréquemment les albums de Tintin. Le magazine utilise le personnage d'Hervé et l'amène dans un contexte québécois. Ici, on ne parle pas de pastiche, mais bien de satire.

Le Petit Moulinsart

À Montréal, on peut littéralement manger Tintin. Sur le menu du restaurant belge « Le Petit Moulinsart », il y a, par exemple, « La Pêche du Capitaine Haddock », ou « Les moules à la Castafiore ». Autre clin d'œil : les garçons de table sont tous habillés à la Nestor.

Site Internet du restaurant : « Le Petit Moulinsart »

Benoît Patar

Collectionneur et fier de l'être! Il a connu Tintin tout jeune et il l'aime encore comme un gamin. M. Patar a en sa possession un véritable trésor convoités par tous les collectionneurs : les éditions originales de Tintin en noir et blanc. Ces éditions peuvent valoir jusqu'à 5000 dollars! Mais il n'est pas prêt de les vendre. M. Patar ne collectionne pas ces Tintin pour l'argent, il les collectionne pour l'amour du personnage, et pour rester jeune.

Tintin n'a pas été oublié, même 20 ans après la mort d'Hergé, Tintin continue d'avoir une belle et grande famille d'admirateurs québécois.

Écoute du reportage
Format WindowsMedia

 



.
 
Équipe         Envoyez-nous vos commentaires         Recevez Le Point par courriel
.