Logo de l'épicerie
Émission du mercredi 11 août 2004 à 20 h
 REGARDER CETTE ÉMISSION
Émissions précédentes
Animatrice
Animatrice
RECHERCHE

 

Les cerises
[entrevue du 14 juillet 2004]

Denis Gagné discute de cerises avec Nino Marcone, de la Fruiterie Nino, au Marché Jean-Talon. On les appelle, à tort, les cerises de France; elles ne sont pas plus françaises que le blé d'Inde est indien.

Comme l'explique Nino Marcone, la variété « cerises de France » n'existe pas. C'est un terme strictement québécois. Le marchand avance une explication: « Avant que les États-Unis ne produisent des cerises, peut-être y avait-il des petits arrivages d'Europe, et, de là, est née l'expression "cerises de France". »

Nino Marcone

M. Marcone explique qu'au commencement de la saison, on retrouve surtout sur le marché diverses variétés de cerises de la Californie. Ensuite on reçoit les cerises de l'État de Washington. Viennent plus tard celles de la Colombie-Britannique, suivies des cerises de l'État de l'Orégon. En dernier, nous mangeons les cerises du Montana. On en reçoit aussi de l'Ontario.

Selon le marchand, les cerises sont très bonnes cette année, sauf celles des premières semaines de la saison. Une bonne cerise doit être ferme, foncée et bien sucrée. Lorsqu'elle est encore accrochée à une tige verte, cela veut dire qu'elle est fraîche et pas trop mûre.

Dans la même variété, on peut avoir des différences de qualité. Les cerises qui poussent dans la plaine sont plus molles, à cause de la chaleur. Celles qui poussent dans les collines sont plus dures et elles sont meilleures. Il faut conserver ces fruits au réfrigérateur.

Les prix des cerises varient entre 6 et 10 $. Pourquoi une telle différence de prix? Nino Marcone explique que le prix dépend de la grosseur de la cerise. Plus le fruit est gros, plus il coûte cher. Le noyau est de la même grosseur, que la cerise soit grosse ou non. Donc, en achetant des grosses cerises, on a plus de chair à la livre.

 Autres reportages
 

La préparation du foie gras
Terroir urbain

Du sirop d'érable aux marchés publics

De très grandes serres
Le marché Atwater
Une définition du terroir
• L'entreposage des fruits et légumes
• La poissonnerie Coralli
Les fleurs comestibles
Les ateliers de la chocolaterie Heyez
Les bonbons au sirop d'érable de Formidérable
Le service de traiteur pour écoliers
Les conserves de viande
Cuisiner dans un service de garde
Le pain pita
La viande de cheval
La poule de Cornouailles
La Mère poule
Un jeune chef à l'œuvre
Les chariots d'épicerie
La viande biologique
Le bœuf Highland
Le gâteau aux fruits de Suzanne Lapointe
La canneberge
Le miel

La Boucanerie Chelsea
Le beurre de pois
Les bonbons
Le cerf rouge d'élevage
Santropol roulant
La fudgerie artisanale
Un biscuit-déjeuner pour écoliers
Des conserves réussies
Le flétan d'élevage
L'émeu
Banc d'essai gastronomique des Laurentides
Un camp d'été pour apprentis cuisiniers
Pour les reportages de la saison 2002-2003, consultez notre section «Archives»

 

 

 

MARIE-JOSÉE TAILLEFER et DENIS GAGNÉ nous font découvrir...