Logo de l'épicerie
Émission du mercredi 11 août 2004 à 20 h
 REGARDER CETTE ÉMISSION
Émissions précédentes
Animatrice
Animatrice
RECHERCHE

 


Caractéristiques techniques d'un barbebcue

[reportage du 5 mai 2004]

Cette semaine, L'épicerie poursuit son banc d'essai sur les barbecues. Après l'assemblage, nos experts se penchent sur les principales caractéristiques techniques des cinq modèles testés. Regardez bien, ce sont souvent les petits détails qui font toute la différence.

 

La puissance des barbecues est calculée en BTU (British Thermal Unit), une unité de mesure anglaise, comme son nom l'indique. Le nombre de BTU est une indication de la chaleur de votre barbecue lorsque tous ses brûleurs principaux sont ouverts au maximum. Un nombre élevé de BTU n'est pas automatiquement un gage de qualité supérieure. Il faut prendre en considération la surface de cuisson disponible.

 

Sterling 1002-4, payé 148 $

Sterling, le barbecue le moins cher du test de L'épicerie, est aussi celui qui offre le plus de puissance au pouce carré, soit 135 BTU.

Selon Daniel Marsolais, lorsqu'on installe la bonbonne de gaz, il faut s'assurer qu'elle est bien installée sur le côté, à l'endroit indiqué. La bouteille de propane ne doit jamais être directement sous la source de chaleur. Un retour de flamme pourrait être dangereux.

Ce barbecue est fait avec de la fonte d'aluminium. Il s'agit d'un matériau qui ne se nettoie pas facilement, selon notre expert.


Thermos Grill 2 go, payé 174,99 $

Le Thermos développe 10 000 BTU de puissance. Avec sa grille de 310 pouces carrés, il n'offre donc que 32 BTU au pouce carré.

M. Marsolais précise que ce modèle n'est pas un vrai barbecue, il s'agit plutôt d'une plaque chauffante. Il note que la poignée touche à l'ensemble du barbecue et deviendra très chaude lorsque celui-ci sera en marche. De plus, M. Marsolais trouve que la structure du barbecue n'est pas très stable et qu'il vaudrait mieux le placer sur une table.

 

Centro Bronze 3000RT, payé 229,99 $

Le Centro Bronze, avec sa grande grille principale de 315 pouces carrés, donne 35 000 BTU, soit 111 BTU au pouce carré.

Ce barbecue possède une plaque de métal qui est un répartiteur de chaleur. Ce modèle offre une rôtissoire. M. Marsolais : « Il faut faire attention. C'est bien indiqué, […] la rôtissoire ne doit jamais fonctionner en même temps que le brûleur principal. »

M. Marsolais est inquiet de la qualité du support des briquettes. « Les briquettes ne corrodent pas; en ne corrodant pas, elles vont durer peut-être plus longtemps. Le problème, avec les briquettes, c'est qu'il y a un support en métal qui, lui, va se corroder avec la température. Il va se détériorer, il va plier, et les briquettes tomberont au fond. »


Weber Q, payé 278 $

Le Weber Q donne seulement 43 BTU au pouce carré, puisqu'il développe 12 000 BTU sous une grille de 280 pouces carrés. M. Marsolais : « Ce qui est bien, c'est qu'on n'a pas besoin de briquettes de pierres de lave parce que la température est absorbée par la grille. La grille est assez massive pour garder sa température. »

 

Le test d'autonomie de carburant des barbecues portatifs et de leurs petites bouteilles a surpris nos experts. Selon eux, les deux modèles testés ont démontré leur capacité à produire presque deux heures de temps de cuisson par bouteille, et ce en alternant les périodes de préchauffe à feu vif et les périodes de cuisson à feu modéré. Il est également possible d'acheter des tubes de rallonge pour adapter les barbecues portatifs aux grosses bobonnes de gaz de 20 lb.


Sunshine Legend 4, payé 399 $

Le Legend 4 de Sunshine est le barbecue qui offre, sur ses brûleurs principaux, le plus de BTU, soit 45 000 BTU, mais son immense surface de cuisson de 540 pouces carrés ne donne que 83 BTU au pouce carré. Les brûleurs sont en fonte, un matériau qui ne devrait pas corroder.


Conseils pratiques

Pour vérifier s'il y a des fuites de gaz, il suffit d'appliquer quelques gouttes de détersif. Une mauvaise connexion fera faire des bulles au savon.

Quand on allume un barbecue, il faut toujours le faire le couvercle ouvert, afin de voir à quel moment la flamme est allumée. De cette façon, il n'y pas d'accumulation de gaz. Lorsque la couleur de la flamme est bleutée, et qu'il n'y a pas de flamme jaune orange, ça indique, selon M. Marsolais, que la combustion ce fait relativement bien.

Prochainement, le test de la cuisson.

 

Hyperliens :

École polymécanique de Laval

 Autres reportages
 

La préparation du foie gras
Terroir urbain

Du sirop d'érable aux marchés publics

De très grandes serres
Le marché Atwater
Une définition du terroir
• L'entreposage des fruits et légumes
• La poissonnerie Coralli
Les fleurs comestibles
Les ateliers de la chocolaterie Heyez
Les bonbons au sirop d'érable de Formidérable
Le service de traiteur pour écoliers
Les conserves de viande
Cuisiner dans un service de garde
Le pain pita
La viande de cheval
La poule de Cornouailles
La Mère poule
Un jeune chef à l'œuvre
Les chariots d'épicerie
La viande biologique
Le bœuf Highland
Le gâteau aux fruits de Suzanne Lapointe
La canneberge
Le miel

La Boucanerie Chelsea
Le beurre de pois
Les bonbons
Le cerf rouge d'élevage
Santropol roulant
La fudgerie artisanale
Un biscuit-déjeuner pour écoliers
Des conserves réussies
Le flétan d'élevage
L'émeu
Banc d'essai gastronomique des Laurentides
Un camp d'été pour apprentis cuisiniers
Pour les reportages de la saison 2002-2003, consultez notre section «Archives»

 

 

 

MARIE-JOSÉE TAILLEFER et DENIS GAGNÉ nous font découvrir...