Logo de l'épicerie
Émission du mercredi 11 août 2004 à 20 h
 REGARDER CETTE ÉMISSION
Émissions précédentes
Animatrice
Animatrice
RECHERCHE
 Émission
 de la semaine
   [reportage]
• La préparation du foie gras
   [reportage]
• Terroir urbain
   [entrevue]
 Du sirop d'érable aux marchés publics
   [reportage]
• De très grandes serres

Retour à la page du reportage


Le prix du lait (2)
[reportage économique du 11 décembre 2003]

Voici une transcription d'une partie des propos du Dr. Michel Britten, chef de la section industrie laitière du Centre de recherche et de développement sur les aliments, invité à l'émission Place publique pour répondre aux questions des téléspectateurs et internautes sur ce reportage.

QUESTION DE MME SAVARD, DE LORRAINE : « J'ai un enfant allergique au soya. J'aimerais savoir si les vaches laitières sont nourries avec de la moulée contenant du soya et si c'est le cas, est-ce que le lait peut ainsi contenir de traces de protéines de soya et ainsi provoquer une réaction allergique? »

MICHEL BRITTEN : « Ça peut entrer dans la nourriture que l'on donne aux vaches. Par contre, le système digestif de la vache va dégrader ces protéines-là, donc l'allergène qui est la protéine de soya ne sera pas retrouvé dans le lait. La vache va ainsi prendre le temps de couper la protéine de soya et rebâtir les protéines de lait que l'on retrouve normalement. La protéine originale de soya ne se retrouve pas dans le lait. Par contre, certaines protéines que l'on retrouve dans le lait pourraient aussi déclencher des réactions allergènes, mais ce n'est pas la protéine de soya. »

MADELEINE ROY : « Donc, Mme Savard, si votre enfant est allergique au soya, il peut boire du lait de vache sans problème. »

QUESTION DE M. VÉZINA, DE MONTRÉAL : « Je suis un très gros consommateur de lait. Je peux consommer jusqu'à deux litres de lait par jour. J'ai 25 ans et j'ai reçu un avertissement de mes amis qui me disaient qu'une trop grosse consommation de lait pouvait donner le cancer de la prostate. »

MICHEL BRITTEN : « Il y a beaucoup de messages qui peuvent être parfois alarmistes qui surviennent concernant la consommation excessive des produits laitiers. Mais c'est certain que les produits laitiers doivent toujours être consommés en fonction de notre style de vie ou encore en fonction de notre profil de santé. Certaines personnes qui vont présenter des problèmes, que ce soit de l'hypercholestérolémie, par exemple, sont invités à réduire leur consommation de gras. Elles vont donc se tourner vers des produits à plus faible teneur en matières grasses. En ce qui concerne la relation avec le cancer de la prostate et la consommation de lait, il y a des études qui ont tenté d'établir un lien entre les fortes teneurs en calcium et le cancer de la prostate, mais ces études sont encore marginales. On n'a pas encore de certitude scientifique à savoir que le lait pourrait être un problème à ce niveau-là. Pour une personne qui présente une bonne santé et que n'a pas d'antécédents familiaux, il n'y a aucun problème à consommer le lait même en bonne quantité. Le lait est un aliment complet. Je crois que c'est important de le maintenir dans un régime équilibré. »

QUESTION DE M. GUILLEMETTE, DE SAINT-CHARLES-DE-BELLECHASSE : « Est-ce que le lait enrichi de calcium est vraiment bon pour la santé? »

MICHEL BRITTEN : « Tout est en fonction de nos attentes au niveau de notre profil de santé. À certaines périodes de notre vie, notre besoin en calcium peut être plus important. Alors un breuvage laitier enrichi en calcium sera tout à fait désigné. On pense par exemple à la période de l'adolescence, où les besoins en calcium sont nettement plus importants. Donc d'aller chercher des surplus en calcium, c'est fort adéquat. On pense aussi aux femmes enceintes ou aux femmes qui pourraient être prédisposées à l'ostéoporose, ça fait un breuvage qui est encore mieux adapté. »

QUESTION DE MME CYR DE JONQUIÈRE : « Je vous écris car j'ai une question qui provoque certains débats dans ma famille. Est-il vrai que le lait écrémé à 0 % contient des éléments nutritifs en moins? »

MICHEL BRITTEN : « Le lait écrémé est un lait duquel on retiré toute la matière grasse par un procédé d'écrémage. C'est certain que tous les composés nutritifs que l'on retrouve dans le gras sont exclus du lait. On pense en particulier aux vitamines A et D qui sont contenues dans la matière grasse du lait. Pour ces deux composés-là, l'industrie laitière va pallier le problème en ajoutant un supplément de vitamine A et D. C'est pour cette raison que lorsque vous consommez un lait écrémé ou partiellement écrémé, vous pouvez regarder sur la liste des ingrédients que ces vitamines ont été ajoutées au lait pour justement compenser la perte. »

MADELEINE ROY : « Est-ce que c'est ajouté dans tous les laits? Ou faut-il vérifier la sorte de lait qu'on prend? »

MICHEL BRITTEN : « Ce n'est pas utilisé dans tous les laits. Les laits qui sont entiers, donc les 3,25 %, n'en n'ont pas besoin. »

MADELEINE ROY : « Mais dans tous laits écrémés? »

MICHEL BRITTEN : « Oui! Dans tous les laits écrémés et partiellement écrémés, on va retrouver ces vitamines-là. Il y a d'autres composés que l'on retrouve dans la matière grasse qui, eux, ne se retrouvent évidemment pas dans les laits écrémés, mais on pense à des composés qui sont un peu plus mineurs. »

MADELEINE ROY : « Donc vous direz à vos enfants que vous avez raison de continuer à leur faire boire du lait écrémé. Une toute petite dernière question. Il y a des gens qui nous ont écrit pour demander si c'est vrai que le lait ne goûte pas la même chose s'il est dans un carton, dans une bouteille de plastique ou dans le sac de plastique? »

MICHEL BRITTEN : « Question de goût! Question même de sensibilité. On n'a pas tous les mêmes papilles gustatives. Mais en fait, ce qu'il faut penser au niveau du goût du lait, c'est que le lait est un milieu biologique qui nécessairement se dégrade. L'oxydation, ça prend de l'oxygène pour que ça se produise. Un autre élément important est la lumière. La saveur du lait va se dégrader par la lumière. Donc, dans les sacs de plastique, on peut avoir dégradation de saveur. »

 

Vous pouvez revoir l'émission Place publique en compagnie de l'animatrice Madeleine Roy et de Michel Britten, chef de la section industrie laitière du Centre de recherche et de développement sur les aliments.

 

 Autres reportages économiques
 

Le prix de l'eau enrichie
Le calibrage des fruits et légumes
Les coupons de réduction
Le prix du lait (2)
Faire son épicerie en ligne

Le prix de la vanille
Le coût de l'épicerie en région
Le prix du lait (1)

 

 

MARIE-JOSÉE TAILLEFER et DENIS GAGNÉ nous font découvrir...