POUR NOUS JOINDRE
Vous avez une histoire qui pourrait intéresser La Facture? Racontez-la-nous!

ADRESSE
1400, boul. René-Lévesque E.,
3e étage,
Montréal (Québec) H2L 2M2

TÉLÉPHONE
Montréal : (514) 790-2636
Extérieur : 1 800 790-2636

TÉLÉCOPIEUR
(514) 597-7972

REDIFFUSION
Le samedi 19 h 30 à RDI

Dans toutes vos communications, pour plus de rapidité, veuillez nous laisser votre numéro de téléphone.

Vous désirez obtenir une copie d'un reportage ou d'une émission?
Communiquez avec le Service des ventes au (514) 597-7825.

 

Mardi 14 octobre 2003  

          REPORTAGE

La  « Police qui pardonne » de Belair

La « Police qui pardonne ». Qui n'a pas entendu parler de ce slogan publicitaire de la compagnie d'assurances Belair? La Facture a voulu savoir quel genre de produit il y avait derrière cette campagne de publicité.

Journaliste : Pierre Craig


La publicité de Belair sur la « Police qui pardonne » est partout. Sur des panneaux géants le long des routes, à la télévision. Impossible de la manquer. Mais il est difficile de lire la petite ligne dans le coin inférieur droit du panneau publicitaire ou encore dans le coin gauche du téléviseur : « Certaines conditions s'appliquent ».

Les conditions de cette fameuse police d'assurance

Tout d'abord, si le conducteur a eu un accident responsable durant les cinq dernières années, il n'a pas droit à cette police d'assurance. On élimine ainsi dès le départ un conducteur québécois sur cinq.

Ensuite, le conducteur doit savoir que le pardon, ça se paye! Pour en bénéficier, le conducteur devra verser un supplément de 120 $ par année. Avec la « Police qui pardonne », les primes de l'assuré n'augmenteront pas même s'il fait deux réclamations pour des accidents responsables en cinq ans. Mais attention! Cette police ne pardonne pas indéfiniment; au troisième accident responsable, les primes augmentent et l'assuré est alors exclu de cette police.

Le conducteur doit aussi savoir que cette police n'est pas une garantie contre toute augmentation des primes. Au moment de renouveler l'assurance, les primes pourront quand même augmenter si le conducteur a changé de véhicule, par exemple.

Cette police de Belair a deux autres avantages. D'abord, en adhérant à cette police, le conducteur devient automatiquement membre du CAA-Québec. Il faut dire que la plupart des manufacturiers offrent déjà un service d'assistance routière si vous achetez un véhicule neuf. L'autre avantage : si l'assuré est impliqué dans un accident de la route comme automobiliste ou comme piéton, Belair lui versera 200 $ par jour d'hospitalisation, s'il séjourne plus de trois jours à l'hôpital.

En conclusion

La recherche de La Facture confirme que cette police est un produit exclusif de Belair.

Ce programme est payant pour Belair. Selon le porte-parole de l'entreprise, la « Police qui pardonne » est non seulement un produit rentable en soi; mais aussi un produit-vedette qui fait connaître l'entreprise et attire donc de nouveaux clients.